Confidentiel : Voici comment Paul Biya a livré Ngoh Ngoh à Paris (vidéo)

0

Les Camerounais découvrent stupéfaits que le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh est recherché. Un mandat d’amené serait décerné à l’encontre du proche collaborateur de Paul Biya qui n’a pas déféré à une convocation du Tribunal Criminel Spécial le 18 octobre. Si la nouvelle choque, c’est parce que les Camerounais connaissent l’influence de Ferdinand Ngoh Ngoh dans le sérail camerounais. Appelé « Monsieur le vice-président » par le magazine Jeune Afrique, le SGPR, bénéficie de la délégation de signature du président de la République. Il entretient de solides relations avec la première dame qui serait son premier bouclier contre les nombreuses attaques de ses détracteurs.

Si malgré toutes ses protections, Paul Biya actionne la machine de son déguerpissement, c’est que le mal est plus profond que ce qui est annoncé dans la presse. L’affaire de détournement des fonds Covid-19 selon des sources à la présidence de la République n’est que l’arbre qui cache la forêt. La tête de Ferdinand Ngoh Ngoh a été « mise à prix » le président français Emmanuel Macron. Celui-ci aurait scellé le sort du tonitruant secrétaire général de la présidence de la République, lors de son dernier passage à Yaoundé.
D’après le journaliste et lanceur d’alerte Michel Biemg Tong qui révèle les contenus des renseignements français, Paris porte plusieurs griefs contre Ferdinand Ngoh Ngoh. Présenté comme le cerveau du plan d’éjection du Français Bolloré au Port autonome de Douala, le SGPR est également accusé d’être au service des intérêts des USA au détriment de la France. La situation se serait envenimée lorsqu’en 2020, l’activiste Calibri Calibro interpelle Emmanuel Macron au salon de l’agriculture à Paris sur les violations de droit de l’homme au Cameroun. Yaoundé n’avait pas apprécié la réaction du président français et avait sorti un communiqué pour le lui signifier.
Dans la foulée, une manifestation à l’ambassade de France pour dénoncer l’attitude de Macron aurait été provoquée et financée depuis le Palais de l’Unité.

En attente de la mort de Biya

Analysant le voyage de Macron, le haut fonctionnaire français et romancier Thomas Dietrich, a décrit la situation dans laquelle vivent actuellement les Camerounais. Le pays n’est visiblement plus gouverné. Tout se passe au Cameroun comme si tout le monde attend la mort de Pau Biya pour passer à autre chose.

« Pour le Cameroun, c’est plus compliqué. On a un président qui en place depuis 40 ans. Paul Biya a au moins 89 ans et règne sur ce pays d’une main de fer. Le vit complètement dans l’attente de la mort de Biya. C’est le signe de la déstabilisation du pays parce qu’il y a des problèmes au Nord avec les incursions des groupes terroristes Boko Haram. On sait qu’il y a des problèmes au Nord-Ouest et au Sud-Ouest », explique-t-il.

Source:camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire