Crise anglophone : plus de 50 000 migrants camerounais demandent de l’aide à Cross River au Nigeria

0

Les autorités de l’État nigérian de Cross River disent qu’elles sont aux prises avec un afflux de migrants fuyant la violence dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun.

Le gouvernement de Cross River regrette que les plus de 50 000 migrants du Cameroun vivant dans diverses parties des communautés de l’État contribuent à plus de 150 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) fuyant le conflit au Nigeria.

S’exprimant lors d’un atelier sur les enfants de l’Afrique rurale-Nigeria (COR Afrique) à l’hôtel Transcorp, Calabar, le directeur général de Cross River, Agence de migration et de contrôle, le prince Mike Abua, a déclaré qu’il était grand temps que le gouvernement fédéral et la Commission internationale sur Les migrants, les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) ont mené une enquête complète sur l’État pour déterminer le nombre de migrants, de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de l’État.

S’exprimant sur le thème de l’agro-business et des opportunités éducatives pour les réfugiés, les migrants et les personnes déplacées à l’intérieur du pays, Abua a déclaré qu’il serait facile de créer une base de données pour permettre au gouvernement d’avoir une image complète des migrants et des réfugiés réels à Cross River.

Il a déclaré que 150 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays à la suite de troubles civils causés par des conflits entre les tribus et les communautés à propos de la terre.

Il a ajouté que la base de données aiderait également le gouvernement à planifier à l’avance en termes d’infrastructures et d’installations pouvant aider les réfugiés et les personnes déplacées.

Les forces de l’État camerounais se sont battues pour chasser les séparatistes armés qui ont planté leurs tentes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis que les manifestations anglophones se sont transformées en conflit armé en 2017.

Les demandes commerciales des avocats de droit commun et des enseignants anglophones ont déclenché des protestations en novembre 2016. Les manifestations de rue se sont ensuite transformées en fusillades en cours entre les forces de l’État et des combattants séparatistes armés dans des régions à prédominance anglophone, entraînant une destruction indicible de la vie, des habitats et des moyens de subsistance.

Meurtres, enlèvements, incendies criminels, mutilations, confinements, villes fantômes et terreur pure et simple font désormais partie de la vie quotidienne dans certaines parties des régions anglophones.

.

#Crise #anglophone #migrants #camerounais #demandent #laide #Cross #River #Nigeria

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: