Home Politique Le gouvernement confronté à la colère des habitants d’Harammbuda en raison de l’état inachevé des routes.
Politique

Le gouvernement confronté à la colère des habitants d’Harammbuda en raison de l’état inachevé des routes.

la communauté d’Harammbuda, dans la province du Limpopo, a exprimé sa frustration face à l’état inachevé des routes D3695 de Tshandama à Ha-Khakhu et D3674 de Matavhela à Tshixwadza. Malgré plusieurs réunions et engagements passés avec le gouvernement, les habitants se sentent négligés et ont décidé de prendre des mesures plus radicales.

Le mardi 9 avril, les membres de la communauté ont organisé une manifestation devant les bureaux du ministère des Travaux publics à Polokwane pour remettre un mémorandum de doléances à la MEC Nkakareng Rakgoale. Malheureusement, la MEC n’était pas présente, mais le chef du département, M. Mothlanke Phukhutsi, a accepté de recevoir le mémorandum au nom de la MEC.

Delta Munyadziwa, un leader communautaire, a exprimé son mécontentement face aux promesses non tenues du gouvernement. Il a souligné que malgré les correspondances et les engagements, aucune action concrète n’a été entreprise pour résoudre les problèmes routiers à Harammbuda. Les habitants sont frustrés par le manque de progrès et ont perdu confiance envers les responsables politiques.

La communauté demande que le tronçon de 27 km de la route D3695 entre le village de Pile et la région de Khakhu soit achevé dans le budget de l’année fiscale 2024/2025. Ils réclament également la réfection de la route D3674 reliant Matavhela à Tshixwadza. Les habitants sont sceptiques quant à l’utilisation des fonds alloués aux projets routiers et estiment que le fait de regoudronner les routes serait une dépense inutile compte tenu des précipitations qui emporteraient rapidement le gravier.

Le mémorandum donne au gouvernement un délai de sept jours pour répondre aux revendications de la communauté et expliquer comment et quand les problèmes routiers seront résolus. En cas de non-réponse satisfaisante, les manifestants sont prêts à prendre des mesures plus drastiques, y compris la fermeture totale de la zone.

M. Mothlanke du ministère des Travaux publics a assuré aux manifestants que leur mémorandum serait transmis à la MEC et qu’une réponse serait fournie dans les meilleurs délais.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Paul Biya met fin au conflit entre Samuel Eto’o et le gouvernement

Paul Biya a joué un rôle crucial dans le conflit entre Samuel...

Le pouvoir de Ferdinand Ngoh Ngoh : une autorité contestée

Le conflit entre le ministère des sports et la Fécafoot divise le...

Pourparlers de haut niveau au Soudan du Sud

Des pourparlers de médiation de haut niveau ont débuté au Kenya pour...

Eto’o menacé de prison par le gouvernement camerounais

Le gouvernement camerounais menace d'envoyer Eto'o en prison pour détournements. Eto'o doit...

[quads id=1]