Cameroun – Pressions sur le gouvernement : On reparle de OTS santé

1

Inspiré du mouvement porté par les enseignants avec un relatif succès, le mouvement soutenu On a trop (travailleurs de la santé) cherche à canaliser la colère de ces responsables.

Le 26 juillet, les agents de santé du mouvement Nous avons trop soutenu (Ots) sont sortis de sa réserve, par une déclaration déposée et enregistrée le jour même au ministère de la Santé publique, avec copie au président de la République et au Premier ministre. En somme, il s’agissait de réitérer les revendications de meilleures conditions de travail que formulent depuis plusieurs années les agents de santé des hôpitaux publics camerounais.

Voici l’extrait. Le Mouvement des travailleurs de la santé de l’Ots « prévient le public et l’administration qu’après les 6 conditions de travail médiévales, inhumaines et dégradantes, sous les regards complices des fonctionnaires nommés pour diriger les différentes structures du ministère de la santé, au risque, de commettre des actes déplorables agit dans l’exercice de ses fonctions, compte tenu des conditions de travail, nous, personnels de santé, observerons une pause de grève générale à compter du mardi 2 août 2022 à partir de 7h30. »

Cette déclaration, signée par un porte-parole nommé Biakolo Ekassi P et attribuée aux agents de santé de l’Ots, a circulé sur divers forums et groupes de réseaux sociaux de médecins, d’infirmières, de soignants, etc., la partageant frénétiquement. Sans doute un signe de soutien fort. Or, l’adhésion redoutée par le gouvernement s’est heurtée en début d’année à une forme de revendication populaire chez les enseignants, aussi appelée « Nous avons trop soutenu » (Ots).

ref: 237online

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire