Mantes-la-Jolie: Grâce à Snapchat, ils avaient construit leur entreprise de cannabis

1
54

Les concessionnaires livraient via le réseau social et n’hésitaient pas à marquer leur production avec le logo de leur «entreprise» totalement illégale.
Dessin. Entre 20 et 28 ans, les suspects ont livré des dizaines de kilos de cannabis via Snapchat à des clients de la région parisienne, de la Normandie et du centre pendant au moins plusieurs mois. LP / D.G.
Dessin. Entre 20 et 28 ans, les suspects ont livré des dizaines de kilos de cannabis via Snapchat à des clients de la région parisienne, de la Normandie et du centre pendant au moins plusieurs mois. LP / D.G.

Illustration. Âgés de 20 à 28 ans, les suspects auraient, pendant au moins plusieurs mois, fourni des dizaines de kilos de cannabis à des clients répartis en région parisienne, en Normandie et dans le Centre via Snapchat. LP/D.G.

La Lergaa. C’est l’adresse que les clients des revendeurs de cannabis ont achetée via le réseau social Snapchat. La police du commissariat de Mantes-la-Jolie vient de mettre fin à leur juteuse liaison en arrêtant cette semaine six personnes du quartier du Val-Fourré avec l’aide d’équipes de raid. Entre 20 et 28 ans, ils sont soupçonnés d’avoir fourni une dizaine de kilos de cannabis à des clients de la région parisienne, de la Normandie et du centre depuis au moins plusieurs mois.

Votre entreprise était organisée comme une vraie entreprise. D’abord, en recrutant des points de vue dans la Cité des Musiciens de Val-Fourré. Ces derniers, mineurs, recevaient environ 100 euros par jour. Puis il y avait un magasinier. Puis un livreur qui multipliait les courses et, logiquement, était mieux payé. Enfin, lorsque le responsable du réseau était absent, c’est son partenaire qui a pris le relais et pris le relais.

Et pour assurer la partie marketing, les revendeurs n’ont pas hésité à «marquer» leurs produits avec le logo «La Lergaa». En raison de leur mauvaise réputation, les bars à drogue avaient attiré une foule assez nombreuse, de la clientèle des zones rurales aux arrondissements parisiens, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et même jusqu’à Fontainebleau (Seine-et-Marl). ). Tous commandés sur Snapchat, en saisissant le nom de l’entreprise.

CBD comestible - eggogreens.org

Autocollant confisqué avec le nom de la « société »
Elle a donc nécessité une enquête minutieuse et patiente de la part des enquêteurs de l’équipe médicamenteuse de Mantes-la-Jolie. Ces derniers ont utilisé la technologie à leur disposition pour brouiller le petit groupe qui communiquait par messagerie sécurisée et pouvait compter sur des arrestations ponctuelles par les livreurs au travail.

CBD comestible - eggogreens.org

Grâce à des vérifications croisées et à des informations, ils ont pu interroger les six personnes, dont le partenaire du gestionnaire de réseau. Lors des auditions, il a admis avoir fondé son entreprise en 2018. A cette époque, il portait un bracelet électronique … La police a découvert un de ses complices et un kilo de résine pour plus de 4 500 euros en espèces. D’autres ont mis la main sur des autocollants « La Lergaa ». Pendant leur détention, quatre d’entre eux ont donné des informations à la police avant de se taire. Les deux autres ont refusé de parler. Ils ont été présentés aux juges de Versailles.

RF::https://www.leparisien.fr/

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

1 COMMENT

  1. Mantes-la-Jolie: Grâce à Snapchat, ils avaient construit leur entreprise de cannabis | CAMEROON MAGAZINE : Cameroon news - Echos du Cameroun

    […] Laisser un commentaire Annuler la réponse […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: