Home Santé Rappel de sirop contre la toux dans six pays africains : Préoccupations concernant la sécurité des enfants
Santé

Rappel de sirop contre la toux dans six pays africains : Préoccupations concernant la sécurité des enfants

Un rappel de sirop contre la toux destiné aux enfants, fabriqué par Johnson & Johnson en 2021, a été annoncé par les autorités pharmaceutiques de six pays africains. Cette décision fait suite à la détection de niveaux élevés d’une substance toxique et potentiellement mortelle dans le produit.

Les régulateurs pharmaceutiques de Tanzanie et du Zimbabwe ont récemment rejoint la liste des pays rappelant le sirop par mesure de précaution, bien que l’Autorité de contrôle des médicaments du Zimbabwe n’ait pas trouvé de trace de l’importation du sirop dans le pays.

La semaine précédente, l’Agence nationale nigériane pour l’administration et le contrôle des aliments et des médicaments (Nafdac) avait lancé un rappel d’un lot de sirop Benylin Pediatric après avoir détecté la présence de la substance toxique diéthylène glycol. Suite à cela, le conseil des pharmacies du Kenya a également ordonné l’arrêt de la vente du sirop sur son territoire.

Les autorités antidrogue d’Afrique du Sud et du Rwanda ont ensuite emboîté le pas en rappelant le sirop au cours du week-end. Le diéthylène glycol a été associé à des décès d’enfants récents au Cameroun et en Gambie, selon un rapport cité par la BBC, entraînant des lésions rénales aiguës et pouvant conduire à la mort en cas de consommation humaine.

Le sirop Benylin Pediatric rappelé, identifié sous le numéro de lot 329304, a été fabriqué en Afrique du Sud en mai 2021 avec une date de péremption fixée à avril 2024. Les autorités ont également mentionné que le lot 329303 était concerné, vendu en Afrique du Sud, à Eswatini, au Rwanda, au Kenya, en Tanzanie et au Nigeria.

Kenvue, l’entreprise désormais propriétaire de la marque de sirop Benylin Pediatric, a déclaré qu’elle coopérait avec les autorités et menait ses propres tests pour évaluer la situation, selon l’agence de presse Reuters.

Cette alerte concernant le rappel du sirop contre la toux en Afrique a suscité une grande préoccupation parmi les autorités sanitaires et les parents. La détection de niveaux élevés de diéthylène glycol, une substance toxique potentiellement mortelle, a conduit à cette décision concertée de retirer le produit du marché dans ces pays.

Les régulateurs pharmaceutiques de Tanzanie et du Zimbabwe se sont joints à cette mesure de précaution, même si le sirop rappelé n’a pas été importé dans ces pays. Cela témoigne de la vigilance et de l’engagement des autorités à assurer la sécurité des produits pharmaceutiques sur leur territoire.

L’Agence nationale nigériane pour l’administration et le contrôle des aliments et des médicaments (Nafdac) a été l’une des premières à prendre des mesures en rappelant un lot spécifique du sirop Benylin Pediatric. La présence de diéthylène glycol, une substance toxique connue pour causer des lésions rénales aiguës, a été détectée lors de tests approfondis.

Le conseil des pharmacies du Kenya a également réagi rapidement en ordonnant l’arrêt de la vente du sirop sur son territoire. Cette mesure vise à protéger la santé des enfants et à éviter tout risque potentiel lié à la consommation de ce médicament.

Les autorités antidrogue d’Afrique du Sud et du Rwanda ont suivi l’exemple en rappelant le sirop, renforçant ainsi les mesures de sécurité dans la région. Les rapports faisant état de décès d’enfants au Cameroun et en Gambie suite à la consommation de ce sirop ont suscité une réelle inquiétude et ont justifié ces actions immédiates.

Le sirop Benylin Pediatric rappelé a été identifié grâce au numéro de lot 329304 et a été fabriqué en Afrique du Sud en mai 2021. Les autorités ont également informé que le lot 329303 était concerné, vendu dans plusieurs pays africains, notamment en Afrique du Sud, à Eswatini, au Rwanda, au Kenya, en Tanzanie et au Nigeria.

Face à cette situation, Kenvue, l’entreprise propriétaire de la marque de sirop Benylin Pediatric, a réagi en coopérant avec les autorités et en menant ses propres tests pour évaluer la situation. Il est crucial que l’entreprise prenne des mesures rapides et efficaces pour résoudre ce problème et garantir la sécurité des consommateurs.

Cette affaire met en lumière l’importance de la vigilance et des contrôles de sécurité dans l’industrie pharmaceutique. Les régulateurs et les autorités sanitaires doivent continuer à renforcer les mesures de contrôle pour prévenir de tels incidents et protéger la santé publique.

En conclusion, le rappel du sirop contre la toux dans plusieurs pays africains suite à la détection de niveaux élevés de diéthylène glycol est une mesure de précaution nécessaire pour assurer la sécurité des consommateurs, en particulier des enfants. Les autorités et les entreprises pharmaceutiques doivent travailler ensemble pour résoudre ce problème rapidement et éviter tout risque potentiel pour la santé publique.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Rwanda : Paul Kagamé officiellement candidat à la Présidentielle

Paul Kagame Le coup d’envoi est donné au Rwanda pour le dépôt...

Causes et conséquences de l’inflation galopante au Nigeria

Inflation Le Nigeria, géant économique de l’Afrique, se débat avec une inflation...

Le Nigeria sollicite l’expertise marocaine en matière de défense aérienne

Bola Tinubu, président de la CEDEAO Le Nigeria souhaite approfondir sa coopération...

La crise des documents d’identité au Cameroun : un frein à la citoyenneté

La crise des documents d’identité au Cameroun est un obstacle majeur à...

[quads id=1]