Accidents de la circulation : Plus de cent morts en un mois

0

Entre fin décembre 2020 et fin janvier 2021, plusieurs familles ont perdu des proches sur les routes camerounaises à cause notamment de l’excès de vitesse et du mauvais dépassement.

Le bilan est lourd : 53 morts. C’est le nombre de personnes qui ont brûlé mercredi, 27 janvier dans un accident de la circulation sur l’axe Dschang-Santchou impliquant un bus de la compagnie de transport interurbain de personnes « Menoua Voyages» et un camion transportant du carburant frelaté. Ce sont des morts de trop pense l’opinion publique. A en croire le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, les premiers éléments du constat révèlent que les causes de ce drame seraient un défaut de freinage du camion qui a provoqué la collision au lieudit «Falaise de Dschang» et le brouillard présent à cette période de l’année. Selon des témoins, le camion venait à peine de franchir le poste de police situé à dix kilomètres du lieu du sinistre.

Le 25 janvier dernier, du sang a également coulé sur la route. Aux environs de 18h sur le tronçon Batié (Hauts-Plateaux) et Bafoussam (Mifi), un chauffeur qui transportait de l’eau et d’autres produits manufacturés a perdu le contrôle de sa voiture pour excès de vitesse. Il a fini sa folle course dans un ravin après avoir effectué plusieurs tonneaux. Quatre jours avant cet accident, un chauffard sur l’axe Mbalmayo-Sangmelima a également perdu le contrôle de son engin à cause de l’excès de vitesse et conduite en état d’ébriété. Cette négligence a coûté la vie à six élèves du Collège d’enseignement secondaire (Ces) de Mvoutessi.

L’excès de vitesse a été à l’origine d’un autre drame sur la nationale no 3 Yaoundé-Douala. La collision entre un gros porteur et un véhicule de tourisme a fait cinq morts et plusieurs blessés le 17 janvier au niveau de Boumnyébel. Sur l’axe Bamenda-Tiko, dans la nuit du 10 janvier, des familles ont été éplorées. Un accident a fait deux morts. Il s’est produit aux environs de 19 h 30. Un véhicule appartenant au Bataillon d’intervention rapide (Bir) conduit par un sous-officier a percuté un arbre après avoir perdu le contrôle. A l’origine du drame, l’on suspecte l’excès de vitesse.

La nuit du 8 au 9 janvier dernier dans la ville de Foumban n’a pas été de tout repos. Pour cause, «un pick-up de couleur verte appartenant à la gendarmerie nationale de Foumban a violemment percuté un taxi. Le gendarme a également tenté un mauvais dépassement », apprend-on. Le bilan fait état de quatre morts. Le ton avait été donné dans la nuit du 26 au 27 décembre 2020 avec l’hécatombe de Ndikiniméki qui a fait 37 morts et 18 blessés graves. Sur l’axe Yaoundé-Bafia, au lieudit «pont de Nomale» dans l’arrondissement de Ndikiniméki, un accident impliquant un bus de la compagnie de transport interurbain de personnes « Ets Avenir Voyages Sarl » et un camion. «Les premières constatations faites par les forces de maintien de l’ordre font état de manquements graves à la réglementation en vigueur imputables à la compagnie susvisée», informait le communiqué du ministre des Transports. La compagnie avait alors été suspendue pour une durée d’un mois pour violation grave de la réglementation en vigueur ayant manifestement conduit à cet accident. Une sanction qui n’a pas empêché la survenue de plusieurs autres drames.

REF: camer

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: