Home Société Cameroun – Affaire d’insultes contre Paul Biya : Ytembe Bonda Clémence et ses compagnons risquent jusqu’à 5 ans de prison
Société

Cameroun – Affaire d’insultes contre Paul Biya : Ytembe Bonda Clémence et ses compagnons risquent jusqu’à 5 ans de prison

Les trois jeunes sont bloqués sur leur sort le 17 juin 2021.

Jeudi prochain, le tribunal de première instance de Mbanga se prononcera sur le cas des trois jeunes hommes qui ont insulté le chef de l’Etat et ses ministres.

La première et unique audience de ce procès a eu lieu le 14 juin. Et la question a été examinée pour ce jour-là. les défendeurs, Clémence Ytembe Bonda, Wameni André Boris et Kamou Wouwe Flavy à 5 ans de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions de FCFA.

La question est traitée aux articles 153 et 154 du Code pénal camerounais :

Article 153 – Indignation contre le Président de la République et les autres personnalités.

1° Est puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 20 millions de francs ou de l’une de ces deux peines seulement ; la personne qui offense : le Président de la République, le Vice-Président de la République, la personne qui exerce tout ou partie de ses prérogatives ou un chef d’Etat étranger.

(2) Seront punis d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de 20 000 à 20 millions de francs ou de l’une de ces deux peines seuls ceux qui insultent les chefs de gouvernements étrangers, les ministres des gouvernements étrangers et les agents diplomatiques accrédités auprès du gouvernement La république.

(3) La véracité du fait diffamatoire ne peut en aucun cas être rapportée.

Article 154 – Indignation contre les corps constitués et les fonctionnaires.

Sera puni d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans et d’une amende de 100 000 à 2 000 000 francs ou de l’une des peines seulement, quiconque insultera sans pouvoir dénoncer la véracité du retard en cas de diffamation : a) Les cours et tribunaux, les forces armées, les organismes établis et les services gouvernementaux ; b) En vertu de leur fonction ou de leur qualité, un membre du gouvernement ou de l’assemblée nationale ou un fonctionnaire ».

Pour rappel, les prévenus ont été incarcérés à la prison principale de Mbanga le 12 juin pour avoir réalisé une vidéo dans laquelle ils tenaient des propos scandaleux contre Paul Biya, les membres du gouvernement et leurs proches.

Des associations comme la Brigade Anti-Sardinards réclament leur libération. Des membres de ce groupe, composé de militants camerounais de la diaspora, ont assiégé l’ambassade du Cameroun le 14 juin, exigeant la libération d’Ytembe Bonda et de ses compagnons.

.

#Cameroun #Affaire #dinsultes #contre #Paul #Biya #Ytembe #Bonda #Clémence #ses #compagnons #risquent #jusquà #ans #prison

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Soudan : les États-Unis fournissent une aide de 203 millions de dollars

L’ambassadrice de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que les États-Unis avaient promis...

Polémique à l’Emia : un candidat non inscrit déclaré admis, voici la vérité de l’histoire

Un nouveau scandale éclate à l’École Militaire Interarmées (Emia) avec l’admission controversée...

Préfet du Mfoundi, Emmanuel Djikdent : « l’arrêté n’a jamais interdit la critique » (Interview)

Face à un climat de restriction croissante de la liberté d’expression, le...

RDC : Une trêve prolongée, espoir malgré le conflit ?

Les Forces armées de la RDC En République Démocratique du Congo, une...

[quads id=1]