Cameroun – Alerte : Les crimes rituels se multiplient dans la région Centre

0

Des corps mutilés ont été retrouvés dans divers départements de la région.

Les habitants du quartier Ekounou, dans le 4cette quartier de la ville de Yaoundé, vivent dans la peur depuis plusieurs jours. La raison : Le corps sans vie d’une adolescente, âgée entre 18 et 19 ans, a été découvert dans la matinée du 23 mai 2021 à la place de « deux chevaux ».

Selon les premiers témoins qui ont alerté les pompiers et la gendarmerie, le journal Mutation dans l’édition du 3 juin 2021″,les restes ont été amputés de certains organes internes et génitaux ».

Selon ces habitants « Le corps qui a passé plusieurs heures à cet endroit aurait été abandonné dans la nuit du 22 au 23 mai. Le corps était marqué par de profondes coupures et plusieurs organes avaient été prélevés ».

Cette découverte macabre est loin d’être isolée. Des cas similaires ont été enregistrés dans deux autres départements de la région Centre. Le 19 mai 2021, dans la ville de Nkoteng, département du Haut Sanaga, le corps sans vie de Francine Ngaho, âgé de huit ans, avait été découvert au lieu-dit Camp Nanga. Selon le grand-père maternel du défunt, la fillette, qui était inscrite à l’école publique de Camp Nanga, avait été kidnappée par ses bourreaux la veille alors qu’elle allait chercher de l’eau au puits. Son cœur a été emporté par ses bourreaux.

Le corps mutilé d’un garçon de 10 ans a été retrouvé dans le quartier de Mefou et Afamba. Selon Mutations, cela faisait quelques années que nous n’avions pas enregistré autant de meurtres au Cameroun, suivis de prélèvements d’organes. « En effet, entre novembre 2012 et janvier 2013, une vingtaine d’adolescentes et jeunes femmes ont été assassinées à Yaoundé, plus précisément dans les quartiers de Mimboman, Biteng et Nkoabang », nous pouvons lire.

Interrogé sur ce phénomène croissant qui préoccupe la population, Paul Abouna, Maître de conférences en anthropologie à l’Université de Yaoundé I, précise que : « Tout indique que ces crimes sont rituels. Tout, c’est-à-dire le contexte, le prélèvement d’organes et la nature des organes prélevés ou amputés, pas seulement les membres ».

Pour l’anthropologue « Les différents cycles de ce phénomène s’expliquent par le contexte : politique et sécuritaire. Pour le cas précis de ce dernier événement, le contexte du Covidgate et ce que certains appellent la « fin du gouvernement » sont suffisamment pertinents pour l’expliquer », il fait confiance aux colonnes du journal.

.

#Cameroun #Alerte #Les #crimes #rituels #multiplient #dans #région #Centre

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: