Cameroun- Armée : Très fier, découvrez cette importante mission que Paul Biya a confié Joseph Beti Assomo!

1

Présidée par le Mindef, Joseph Beti Assomo, la cérémonie de prise d’armes et de restitution de l’étendard a eu lieu, ce 20 octobre, à Yaoundé. Les hommes que dirigeait le colonel Vincent Pehuie ont reçu des honneurs militaires du chef des Armées, après 12 mois de mission en République centrafricaine.

Après un séjour de 12 mois chez le voisin centrafricain, en proie à une grave crise sécuritaire, le huitième contingent camerounais de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation de la République centrafricaine (Minusca) est de retour au pays. Le commandant de ce contingent, le colonel Vincent Pehuie, a solennellement remis l’étendard au ministre délégué à la présidence en charge de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo. La cérémonie s’est déroulée, ce 20 octobre à la cour d’honneur du quartier général de la brigade de Yaoundé. C’était en présence du secrétaire d’État à la Défense en charge de la gendarmerie (Sed/Gn), Galax Etoga, du chef d’étatmajor des armées, le général de corps d’armée, René Claude Meka, du secrétaire général du ministère de la Défense (Sg/Mindef), Saïd Kamssouloum, des officiers généraux, etc.

A l’heure du bilan, il ressort que la mission a été bien remplie. Un motif de satisfaction pour le Mindef qui a adressé, au nom du chef de l’État, ses félicitations au contingent.

« Vous avez fait honneur à votre pays et à son drapeau. Le chef de l’État est fier de vous et vous félicite chaleureusement. Le haut commandement est fier de vous, pour le sérieux avec lequel vous vous êtes acquittés de votre mission en terre centrafricaine, sous la bannière de l’Organisation des Nations unies », a déclaré Joseph Beti Assomo.

Pour le colonel Vincent Pehuie, «nous avons pu remplir le mandat tel qu’il nous a été demandé et nous rentrons vraiment satisfaits. Même la hiérarchie de la Minusca nous a félicité au regard de notre travail ».

Avec les compétences acquises par ces casques bleus en terre étrangère, ces derniers -qui rejoignent leurs unités respectives – seront dorénavant appelés à servir, cette fois-là dans le champ des opérations à l’intérieur du pays.

Regard attentif du chef de l’État.

Dans son propos de circonstance, le Mindef Beti Assomo a salué la bravoure de ces troupes constituées des personnels des bataillons et unités de police. Aussi, le membre du gouvernement a, à toute fin utile, relevé que le chef des forces armées (Paul Biya ndlr) suit de manière étroite et particulière la participation de des forces au sein de la Minusca. Car Paul Biya a mis d’importants moyens à la disposition de ceux-ci pour améliorer leurs conditions de vie et de travail pour leur permettre de mener à bien leurs missions.

«Vous avez été une fois de plus témoin de la constante sollicitude du chef des armées, en tant que premiers utilisateurs des tout nouveaux matériels acquis, sur ses très hautes instructions », a lancé le natif du Nyong-et-Mfoumou. Et de poursuivre que « ces matériels, répondant 5/5 aux standards onusiens, ont parmi d’accroitre de manière significative leurs capacités opérationnelles ».

Cependant, il faut s’en réjouir de l’amélioration globale du dossier disciplinaire du contingent et en féliciter les commandants de formation et d’unité. Qui durant votre séjour ont achevé leur mandant et sont revenus avec vous et grâce aux efforts conjugués du haut-commandement militaire pour améliorer vos conditions de travail. La perfection n’étant pas de ce monde, Joseph Beti Assomo a néanmoins relevé quelques récriminations négligeables lors du passage de ce contingent en Centrafrique. A en croire le Mindef, les dossiers disciplinaire y relatifs sont actuellement en étude dans les services compétant de ce ministère.

« Me contentant ici de signaler que si certaines de ces fautes sont avérées, et établies, la règlementation en vigueur sera appliquée en toute objectivité et fermeté », a-t-il poursuivi.

Professionnalisme.

Notons que 750 Casques bleus du 8è contingent camerounais en mission onusienne en République centrafricaine ont récemment reçu, à la fin de leur mission, la médaille des Nations unies en reconnaissance de leur contribution à la paix dans ce pays voisin. Ces soldats ont obtenu leurs médailles des mains du Commandant de la Force, le Général Daniel Sidiki Traoré. Selon des indiscrétions, ce 8è contingent camerounais a été déployé dans l’Ouham, l’Ouham-Pendé, l’Im-Pendé et Ombela-Mpoko.

Rappelons que le Cameroun joue un rôle crucial dans la stabilisation de la République sœur de la Centrafrique, plongée dans la crise politico-militaire depuis de nombreuses années.

Source:InfoMatin N°1172

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire