Cameroun – Crise anglophone : Accusée d’avoir abusé de civils dans le Nord-Ouest début juin, l’armée nie formellement et dénonce la désinformation

0
16

Le chef du département des communications du ministère de la Défense, le capitaine Cyrille Serge Atonfack, a publié un communiqué de presse à ce sujet le jeudi 10 juin 2021.

Récemment interdit par les dénonciations des ONG et des médias, sur les atrocités commises contre les civils dans la région de Nord Ouest, l’armée camerounaise sort de son silence. Dans un communiqué rendu public le jeudi 10 juin 2021, le chef du département des communications du ministère de la Défense, le Capitaine de Marine Cyrille Serge Atonfack, nie à la fois les allégations d’enlèvement attribuées aux forces de défense et de sécurité du district d’Ako, Département de Donga-Mantung le 2 juin 2021 que celui de bafanjic le 5 juin 2021. » Ce n’est pas. Rien » confirme le porte-parole de l’armée.

Selon lui, les Forces de défense et de sécurité n’ont répondu qu’à une attaque de terroristes qui prétendaient être dans l’état virtuel de… l’Ambazonie. « En effet, le mardi 1est Juin 2021, éléments du 52cette Bataillon d’infanterie motorisée de Allons-y lors d’un vol de reconnaissance, une patrouille à la périphérie du village a rencontré un camp d’entraînement et de durcissement terroriste poussière. Dans la panique, les rebelles ont immédiatement ouvert le feu sur des éléments des forces armées qui ont riposté avec virulence et énergie. Le bilan à l’issue de ce violent affrontement est que 4 terroristes ont été neutralisés et d’autres en fuite, diverses armes, accessoires et munitions de guerre ont été récupérés », précise Cyrille Serge Atonfack.

Quant aux événements à Bafanji dans le quartier balikumbat, Département de Ngoketunjia, ce fut à nouveau la riposte des militaires après une attaque des terroristes, qui avaient lancé une opération pour extorquer de l’argent à la population pour l’achat d’armes, et qui ont pris le piège à poudre à la vue des militaires, non sans eux jusqu’à tirer . Cinq d’entre eux ont été arrêtés et du matériel de guerre saisi.

Le porte-parole de l’armée le regrette aussi » une nouvelle vague de désinformation et d’intoxication de l’opinion publique Par les ONG et les médias, dans le seul but de déshonorer les militaires.

En effet, dans un récent communiqué de presse de Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (REDHAC), l’armée était accusée d’avoir enlevé au moins sept personnes à Donga-Mantung, qui n’avaient donné aucune nouvelle depuis.

.

#Cameroun #Crise #anglophone #Accusée #davoir #abusé #civils #dans #NordOuest #début #juin #larmée #nie #formellement #dénonce #désinformation

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: