Cameroun – Discours de haine : la population du sud a été sensibilisée

0

Une mission de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), fondée en 2017, a séjourné à Ebolowa pour la première fois depuis le 16 juin 2021. Objectif, sensibiliser toutes les composantes de la Région Sud aux méfaits des discours de haine et de la xénophobie.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

En quête d’un retour à la paix, à la coexistence et à l’unité nationale qui ont été mis à l’épreuve ces dernières années par une recrudescence des discours de haine et de xénophobie, une mission de ladite commission dirigée par le Pr Samuel Efoua Mboozo a rencontré la population. Pendant trois jours, du 16 au 18 juin 2021, à travers divers ateliers, réunissant les autorités politiques, administratives, traditionnelles, religieuses, policières, militaires et judiciaires, entre autres, les causes, les effets néfastes de ces maux qui affligent la société et à donner les contours d’une solution.

Si pour certains ce mal est inné et existe dans les familles et les communautés depuis la création du monde au point qu’on ne peut plus vivre sans eux, d’autres estiment que la crise politique en est la cause principale. « Je crois que ces discours sont nés de la luxure. Certains veulent être à la place des autres au point qu’ils s’emparent de leur trône comme c’est le cas dans de nombreuses chefferies, familles, fratrie et je crois qu’il suffit d’endurer, ces discours de haine ne peuvent pas finir, nous sommes nés avec ça ‘, dit un chef traditionnel.

Pour un homme politique, c’est la crise politique des années 1990 qui aurait provoqué ces faux pas. « C’est la poursuite de la crise politique qui a frappé le Cameroun dans les années de braise et le déraillement de cette époque a conduit les Camerounais à adopter une attitude violente dans certains domaines. Ces barrières doivent être levées, les cœurs doivent être apaisés. Mais nous voulons ce sera le cas dans toutes les autres régions du pays pour calmer les cœurs et faire taire les querelles », a déclaré un homme politique.

Selon le chef de la mission, le Pr. Dr. Samuel Efoua Mbozo’o, la Constitution du Cameroun est claire. Le Cameroun est un Etat, un et indivisible, mais cette constitution reconnaît aussi qu’il y a des inégalités, des différences. Les auxiliaires avec lesquels nous avons travaillé doivent servir d’intermédiaires avec les catégories sociales qui les représentent. « C’est donc un message de paix, de communauté, de vivre ensemble que la mission de la commission est venue aux peuples du Sud, afin que le Cameroun puisse continuer à vivre en paix, dans l’unité des cœurs au sein de toutes les couches », a-t-il conclu.

Roger Takala

#Cameroun #Discours #haine #population #sud #été #sensibilisée

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: