Cameroun – Éducation : Le mouvement « Nous avons aussi soutenu » et d’autres regroupements d’enseignants annoncent une nouvelle grève dès la rentrée prochaine

0

Leur message est contenu dans une lettre valant avis et adressée au Premier ministre Joseph Dion Ngute.

Les enseignants du Mouvement On a Trop Supporté (OTS), du collectif On a Too Attendu (OTA) et du Syndicat des enseignants du Cameroun pour l’Afrique (SECA) sont à nouveau en guerre. Dans une annonce de grève datée du 15 août 2022, adressée au Premier ministre Joseph Dion Ngute, ils ont annoncé la reprise de la grève à partir du 5 septembre 2022, jour de la rentrée scolaire au Cameroun. Ils dénoncent le non-respect des engagements du gouvernement. « La grève commencera par le boycott de l’année scolaire 2022-2023, se poursuivra par le boycott de l’Assemblée générale du premier trimestre, et se poursuivra par l’opération mort à la craie si rien n’est fait pour résoudre nos revendications. Par cette action, nous souhaitons attirer votre attention sur les faits suivants : d’une part, la non prise en compte de nos problèmes ou du calendrier proposé par nous au Président de la République le 18 mars 2022 et au Premier Ministre le 4 mars 2022. Avril 2022, pour la solution de nos problèmes, et d’autre part, pour ne pas avoir respecté les hautes instructions du Président de la République visant à dissiper certaines de ces plaintes »faire une liste des enseignants mécontents.

Ils disent attendre du gouvernement qu’il automatise « substantiellement » leurs parcours professionnels, signe et mette en œuvre leur statut particulier, paie l’intégralité de la dette aux enseignants, et suive les premières consignes de haut niveau du chef de l’Etat et du gouvernement. recrutement massif d’enseignants de l’enseignement technique.

Ils rappellent que les enseignants du secondaire demandent au gouvernement camerounais un horaire à court terme clairement défini :

1) Paiement de toutes les relances dues aux enseignants pour toutes les promotions, toutes catégories confondues ;

2) La suppression pure et simple du système 2/3 et 1/3 (suppression du système d’avance) cette année, dès la sortie des affaires pendantes ;

3) Automatisation de l’effet financier de toutes les actions de carrière ;

4) La signature du statut particulier des enseignants dont le contenu est une révision du décret n° 2000/359 du 05 décembre 2000 portant statut particulier des fonctionnaires de l’éducation nationale ;

5) Le recrutement massif des enseignants de l’enseignement technique (IET) déjà formés, conformément à la réglementation en vigueur ;

6) Le versement de toutes les allocations familiales dont les dossiers sont dormants au MINESEC, avec relances correspondantes, et la mise en place d’un système simplifié de traitement et de gestion rapide des allocations familiales pour les enseignants (c’est-à-dire avec un instrument financier un mois après l’ouverture du dossier soumis avec l’arrêté préfectoral) ;

7) Paiement de toutes les créances impayées, ainsi que des rappels y afférents ;

L’explosion de l’Education Corps Staff Progress Index à 1400 Index (il nous est inadmissible de fixer un maximum de 1140 en activité alors qu’on nous demande de progresser tous les deux ans en vertu du Statut Général de la Fonction Publique) ;

9) La reprise de la rémunération directe et sans jugement de tout type d’enseignants des régions touchées par le conflit armé (y compris le Nord-Ouest et le Sud-Ouest) placés au poste 80, dont le salaire a été injustement suspendu alors qu’ils « vivaient seuls dans une zone de conflit sans état protection;

10) Paiement intégral de la prime au titre de l’orientation psychopédagogique et de l’évaluation des conseillers principaux (CPO) prévue par le décret n° 2002/040 du 04/02/2002 ;

11) Versement immédiat du capital décès et de la pension de survie aux ayants droit des enseignants décédés au cours des dernières années et dont les familles n’ont encore rien perçu (selon les modalités prévues par les textes applicables) ;

12) Versement immédiat de la pension de vieillesse à tous les enseignants retraités dont les dossiers sont en cours, avec automatisation pour les futurs retraités ;

13) Le versement de la dotation indexée aux élèves des Ecoles Normales conformément aux textes applicables ;

14) Le versement direct aux enseignants des différentes pensions civiles, selon les cas : la pension d’ancienneté, la pension de retraite (une fois l’enseignant concerné à la retraite), la pension de survie ou la pension d’orphelin aux ayants droit du de cujus selon la cas (dans un court délai d’un mois suivant le dépôt du dossier y afférent), de la pension proportionnelle, etc. ;

15) La nomination des animateurs et/ou Correspondants Pédagogiques et le versement de leurs primes conformément à la réglementation en vigueur (les propositions de nomination faites ces dernières années par les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux peuvent faciliter la prudence de ces nominations) ;

16) Automatisation des primes d’endurcissement, des frais de carburant pour les fonctionnaires nommés au MINESEC ;

17) Instaurer une procédure rapide de traitement des dossiers d’intégration (traitement dans un délai maximum de trois (03) mois à compter de l’entrée au concours) et de prise en charge afin que l’acte d’intégration soit aisément accessible en dehors de l’école et de la prise en charge effective ;

18) Libérer et traiter dans les meilleurs délais tous les dossiers et actions d’intégration et de réalignement ouverts dans les ministères ;

19) Le respect du kilométrage et des textes dans le calcul et le paiement des frais de rachat d’une part et, d’autre part, le paiement desdits frais de rachat immédiatement dès les virements et ordres suivants ;

20) Paiement immédiat, à compter de la session 2023, des frais de vacances, de déplacement, de correction et de délibération des examens officiels à l’issue de chaque étape du procès, dans le strict respect des textes en vigueur ;

21) Inclure, dans le salaire, une prime de risque pour les enseignants affectés en zones de guerre, en plus de prendre des mesures pour assurer leur sécurité ;

22) Le paiement des frais de congé administratif annuel aux enseignants, à la fin du mois de juillet de chaque année, conformément à la loi ;

23) Créer une plate-forme de transfert et d’affectation intelligente, rationnelle et fondée sur des critères, avec tous les paramètres et exigences, nécessaires et objectifs, afin que tout enseignant remplissant les conditions puisse être affecté après un certain laps de temps ;

24) L’harmonisation du montant de la prime trimestrielle de performance et son inclusion automatique dans le salaire des enseignants ;

25) Insertion d’une « carte sanitaire » dans la carte professionnelle de l’Enseignant, afin qu’il jouisse effectivement du droit à la santé avec sa famille nucléaire selon les modalités prescrites dans les textes applicables ;

26) Respecter, vis-à-vis des Enseignants, tous les textes établissant les diverses prérogatives propres aux agents ;

27) L’organisation des stages et de la formation continue des enseignants conformément au décret n° 2000/697/PM du 13 septembre 2000 portant régime de la formation continue des fonctionnaires de l’Etat ;

28) L’organisation des États généraux de l’éducation, suivie d’une application extensive des clauses qui y seront incluses par consensus.

Dans l’attente d’une poursuite favorable de notre quête, veuillez agréer la parfaite assurance de notre respect distingué.

#Cameroun #Éducation #mouvement #Nous #avons #aussi #soutenu #dautres #regroupements #denseignants #annoncent #une #nouvelle #grève #dès #rentrée #prochaine

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire