Cameroun : l’APED veut retirer 315 enfants des trous de mine de Bétaré-Oya

0

L’Alliance pour l’Avancement de l’Education et du Développement (APED) veut donner aux enfants de ce site minier aurifère la chance d’une éducation saine.

En moins d’un an, l’APED a recensé 315 enfants âgés de 3 à 6 ans 187 filles 128 garçons. Seuls 12 ont des actes de naissance et 92 de ces enfants sont des réfugiés centrafricains. L’information est donnée par le président de cette association de jeunes, Carmelo Febadi, dans une annonce faite le 8 août 2022 à Bétaré-Oya, un lieu aurifère de la région orientale du Cameroun. La plupart de ces enfants ont été identifiés sur le site de Mali, un village à environ 5 kilomètres de Bétaré-Oya.

Pour cette association, qui bénéficie d’une attention particulière de la part de la municipalité et du conseil, il s’agit de l’encadrement de ces enfants. A cet égard, l’équipe de M. Febadi envisage d’ouvrir sa première école maternelle dans le village de Mali. C’est ainsi que l’APED est dans son élément : la lutte contre le décrochage scolaire dans les bassins miniers.

« C’est un objectif noble, mais qui demande beaucoup d’argent », souffle un habitant du quartier qui soutient le choix de l’APED. L’association a alors choisi de fermer les trous de mine laissés ouverts par les exploitants, en violation des lois minières et environnementales, sa principale préoccupation. Mais aussi sa source de revenus. « Pour la rémunération des étudiants qu’elle a embauchés pour collecter des données sur le nombre d’enfants sous surveillance, l’association s’engage à combler les trous », explique Carmelo Febadi. Qui expose ce système de financement : « Avec deux motopompes et une paire de bêches offertes par une élite de la place, les jeunes poussent les mottes de terre autour des trous en sens inverse pour les renvoyer dans le trou respectif. La poudre d’or qui en résulte est récupérée, collectée et vendue pour faire face aux différents frais. » En utilisant ce système original qui associe la fermeture des trous de mine et le lavage des résidus d’or, l’APED déclare « que plus de dix trous ont déjà été fermés, que plus de dix ont déjà été fermés.

Cependant, compte tenu du nombre élevé de trous à fermer, près de 750 au total, la logistique de l’APED s’avère insuffisante. « Maintenant, il nous faut deux semaines avec nos deux motopompes pour boucher un seul trou. Si nous en avions au moins 10, ce pourcentage tomberait à un écart tous les deux jours. Ajoutez à cela les frais de carburant et le manque d’équipements de protection individuelle (EPI) », explique le leader de cette association, autrefois collectif de jeunes de Bétaré-Oya. L’ambition de cette association reste noble : « Commencer par l’encadrement des enfants du Mali et étendre ses activités aux milliers qui parcourent les sites miniers des régions de l’Adamaoua et de l’Est ».

Bernard Bangda

#Cameroun #lAPED #veut #retirer #enfants #des #trous #BétaréOya

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire