Cameroun : le marais de la crise anglophone

0

Alors que chacune de leurs sorties rassure les autorités à tous les niveaux que « la situation est sous contrôle », le cycle de la violence se multiplie avec son cortège de morts. Parmi les forces armées, des terroristes et des civils.

A l’issue de la dernière conférence biennale des gouverneurs de région qui s’est achevée le 14 juin 2021 à Yaoundé, les gouverneurs du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où la guerre fait rage depuis quatre ans, ont assuré que la situation était sous contrôle. Mais faisant semblant de se cogner le nez, le 15 juin 2021, des bandes armées ont enlevé six responsables à Misore-Baue, un village du district d’Ekondo-Titi, près de Mundemba dans le département de Dian au sud-ouest du Cameroun. . Les six compagnons malchanceux se sont réunis au même endroit lors d’une descente à terre pour effectuer un bornage afin de faciliter les travaux de pose des lignes électriques. Deux jours plus tard, Mabia Johnson Mudika, chef de département du ministère de l’Économie, de la Planification et du Développement régional à Ndian, a été assassinée en captivité par ses ravisseurs, selon des sources officielles. Nous n’avons pas encore de nouvelles des cinq autres, à savoir les responsables locaux des Ministères des Domaines, de l’Urbanisme et de l’Habitat, de l’Eau et de l’Energie, des Petites et Moyennes Entreprises et domaines de Ndian.

Ici se posent quelques questions simples : comment une telle concentration de fonctionnaires peut-elle mener à bien une mission aussi importante dans cette région sans profiter de la stricte protection de la police ? Avaient-ils informé les autorités militaires de leur mission ? En tout cas, la réalité sur le terrain prouve que la situation n’est pas sous contrôle. Pendant ce temps, les affrontements entre les bandes armées et l’armée régulière, avec leurs cortèges de morts d’un côté ou de l’autre, sont quasi quotidiens, comme pour rappeler au public que la guerre est encore plus féroce. . Depuis quatre ans, les déclarations se multiplient pour garder la situation sous contrôle sur le terrain. Mais la violence sur le terrain montre toujours que ce ne sont pas les discours qui apportent la paix et la sécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Parallèlement, les organisations non gouvernementales, les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Cameroun, la presse nationale et internationale, ont toujours fait un pas pour inviter les autorités camerounaises à sortir résolument de la voie de la guerre comme solution à la crise naissante. zone de parole.

Par exemple, dans un communiqué de presse daté du 6 novembre 2018, la porte-parole du département d’État américain à Washington DC, Heather Nauert, a déjà souligné que « les États-Unis expriment leur grave préoccupation face à la crise anglophone naissante dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun. Nous appelons à la fin immédiate des attaques aveugles contre les civils et des incendies de maisons par les forces gouvernementales camerounaises, ainsi que des attaques des séparatistes anglophones contre les forces de sécurité et les civils.

Mais à y regarder de plus près, Etoedi semble cohérent dans la solution à apporter à cette crise d’emblée. Dans son discours d’investiture le 6 novembre 2018, Biya a fait une promesse très ambiguë : « Je ferai en sorte que le calme et la sérénité reviennent au Nord-Ouest et au Sud-Ouest ».

Des applaudissements ont salué cette déclaration. A ce titre, le Président de la République du Cameroun nouvellement réélu était attendu. Notamment par le corps diplomatique, notamment les ambassadeurs des grandes puissances qui avaient généralement « prescrit » au vainqueur de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, de s’impliquer en priorité dans ce dossier. En particulier, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis avaient nuancé leurs messages, dans un contexte marqué par la contestation de la victoire proclamée de Paul Biya.

Paul Biya n’était pas sourd et l’a fait savoir dans son premier discours. Cependant, l’homme ne semble pas avoir changé d’option à ce stade. En s’engageant à ramener le calme et la sérénité dans les régions en crise, Paul Biya avait affirmé qu’il le ferait « dans le cadre des institutions que je garantis ». Lui qui avait longtemps tourné la page du dialogue, ayant décidé d’emprisonner les leaders de la crise, a débuté en novembre 2016. Parmi eux se trouvaient des cadres des entreprises qui ont lancé les grèves au départ. Et dès le début de son propos, l’élu de l’époque avait reformulé les choses : « des forces négatives se sont emparées des exigences des entreprises pour mener à bien leur ambition de diviser le pays ». Du coup, Paul Biya, dans sa tunique de commandant en chef des forces armées, a fait appel aux forces armées « Ambazonnienes », la branche armée du Conseil national du Cameroun méridional (SCNC), le mouvement séparatiste qui déstabilise les deux régions , pour les armes et trouver le bon chemin. » Pendant ce temps, le sang continue de couler.

David Nouhou

#Cameroun #marais #crise #anglophone

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: