Cameroun – Massacre de Ngarbuh : Un chef traditionnel raconte

0

Nfor Mohammed, Fon de Ntumbaw dans le district de Ndu, est le seul témoin de la partie civile qui a comparu hier devant le tribunal militaire de Yaoundé. Selon cette autorité traditionnelle, les 21 personnes décédées des suites de la tragédie ont été enterrées dans quatre tombes.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

Un homme de 60 ans, vêtu d’une tenue de pelouse, est monté à la barre des témoins du tribunal militaire de Yaoundé le 17 juin 2021. Il est exactement 13 heures en 35 minutes lorsque Nfor Mohammed, Fon de Ntumbaw, prononce la phrase traditionnelle en levant la main droite : « Je jure de dire toute la vérité et rien que la vérité ». Il est venu expliquer ce qu’il sait du « massacre » qui a eu lieu dans la nuit du 13 au 14 février 2020 à Ngarbuh, un quartier de la commune de Ntumbaw. Cette autorité traditionnelle de 64 ans affirme avoir défié la peur de comparaître devant le barreau au nom de son peuple, malgré le contexte sécuritaire actuel. Certaines victimes civiles n’ont pas pu voyager en raison du manque de fonds de transport et de problèmes de sécurité. Avant le début de l’interrogatoire du chef traditionnel, le tribunal a d’abord présenté les charges aux trois militaires poursuivis dans cette affaire. Le sergent d’état-major Babaguida et ses collègues Sanding et Haranga Gilbert sont accusés d’avoir violé les instructions, d’incendie criminel et de meurtre qui ont tué plusieurs personnes, dont des enfants et des femmes enceintes. Après l’acte d’accusation, ces trois prévenus ont décidé de plaider  » non coupable « .
Après cette phase, Me Amungwa Tanyi, l’avocat des victimes de Ngarbuh, ouvre la phase d’interrogatoire communément appelée «  examen principal ».

Sur la question  » Où étiez-vous cette nuit du 13 au 14 février 2020 et comment avez-vous entendu parler de l’incident de Ngarbuh ? «  L’autorité traditionnelle répond : « Le 14 février 2020 au matin, She Djaliai, une de mes associées, est venue me dire que les militaires ont tué mes civils. Il faisait nuit, je ne pouvais pas bouger car un chef traditionnel ne voit pas les cadavres. J’ai envoyé des gens accomplir les rites sur les lieux de l’incident et enterrer les restes. Après les rites, je me suis rendu sur les lieux le 14 février 2020, accompagné du Préfet de Donga Mantung et du Sous-Préfet de Ndu. Une fois sur place, nous avons trouvé quatre tombes et plusieurs personnes étaient présentes. Beaucoup de gens pleuraient parce que la scène était horrible. Les gens nous ont dit que ce sont les militaires qui ont tué ces personnes. Le conseil a promis à la population que l’Etat ferait tout ce qui est en son pouvoir pour clarifier cette affaire. Sur place, 21 personnes ont été identifiées parmi les décès enregistrés. Tous ces gens ont été enterrés dans les quatre tombes.

Le Fon kidnappé

« Quelle était la situation sécuritaire à Ngarbuh avant l’incident ? Y avait-il des ambaboys parmi les morts ? Pourquoi n’avez-vous pas informé les autorités de la situation dans votre région ? « 
« Parmi les défunts, il n’y avait qu’un Ambaboy. J’ai connu un jeune homme nommé Seka. Je connais ses parents. Six maisons ont été incendiées, dont celle de Seka. Avant l’incident de février 2020, les ambaboys effectuaient certains actes, tels que le vol de bétail. Ils ont volé mon bétail. Mais ils n’avaient jamais tué personne à Ngarbuh. J’ai informé le sous-préfet de ce qui se passait dans ce village. Avant les événements de Ngarbuh, j’ai été kidnappé par des ambaboys. C’était sept jours après ma libération » ajoute le chef.

L’accusé Babaguida a pris la parole pour demander au chef traditionnel pourquoi, alors qu’il s’occupait de la sécurité au domicile de l’autorité administrative, il ne lui a pas dit que Séka était un ambaboy ? À ce stade, l’autorité traditionnelle a reconnu que c’était de sa faute. L’interrogatoire du Fon a duré jusqu’à 17 heures hier.

Prince Nguimbous

#Cameroun #Massacre #Ngarbuh #chef #traditionnel #raconte

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: