Cameroun – Période électorale : 40 journalistes équipés de bonnes pratiques

0

Ces journalistes sont invités à rester professionnels dans l’exercice de leur métier pour les prochaines échéances.

Le Cameroun s’achemine progressivement vers de nouvelles échéances électorales. Dès 2023, de nombreux électeurs seront appelés à élire les futurs sénateurs au Sénat. Face aux enjeux, 40 journalistes viennent de participer à deux journées de formation (10-11 octobre), à ​​Yaoundé, sur le thème : « Médias, Paix et Elections ». Organisée par NewSETA (Network for Solidarity, Empowerment and Transformation for All), cette formation a été une plateforme d’échange et de partage d’expériences.

De sa position d’enseignant, Haman Mana, directeur de publication du Jour, a rappelé à tous les fondamentaux du journalisme. Pour lui, le travail du journaliste consiste en quatre choses : « dire, enquêter, donner une voix et prendre position. Le journaliste n’écrit ni à personne ni à rien. Les bonnes informations chassent les mauvaises ». Une présentation saluée par les participants. « On apprend tous les jours. L’illustre ancien, Haman Mana, nous a longuement parlé des fondamentaux que l’on a tendance à oublier. Je sors de cette formation équipé de fact-checking. C’est une initiative pour innover », ravi Cyril Marcel Essissima de Mutations. Pour Florentin Ndatewouo, promoteur du site Legal237 : « La responsabilité des journalistes et les questions éthiques ont retenu notre attention durant ces deux jours de formation. Le journaliste doit toujours se rappeler qu’il a un contrat social avec son public. Il a le devoir de rendre compte des faits.

Au cours de ces travaux, plusieurs présentations ont été données sur divers thèmes, notamment : le rôle de la communication sur les voies d’une paix durable en Afrique ; l’éthique du journalisme, les principaux cardinaux du journaliste ; les défis du journalisme de données, de la sécurité numérique, du big data et du fact-checking dans la pratique du journalisme d’aujourd’hui… Cette formation était nécessaire a souligné Caxton Ateki Seta, le directeur exécutif de NewSETA : « Les médias peuvent être une force pour le développement d’un pays . C’est une formation importante pour notre société. Si vous plaidez pour la paix, vous devez également communiquer de la bonne manière. Les personnes des médias qui ont la capacité de comprendre certaines questions, de les analyser avant qu’elles ne soient mises à la disposition du public, sont appelées à jouer leur rôle pour une société pacifique ».
Pour la sociologue Leka Essomba, le journaliste ne doit pas être étouffé par les réseaux sociaux. Il doit continuer à faire son travail dans le respect de l’art et surtout de l’éthique.

Solière Champlain Paka / 237online.com

#Cameroun #Période #électorale #journalistes #équipés #bonnes #pratiques

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire