Cameroun – Thèse : travailler à la limitation des armes nucléaires

0
11

Paulin Martial Tchenzette Mbouenbeu a reçu une mention très honorable à ce sujet lors de la soutenance pour l’obtention du titre de Doctorat (Phd) en Relations Internationales de l’IRIC.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

Ce travail de recherche devait tenir compte de l’impossible renoncement actuel à l’avantage des armes nucléaires. L’objectif premier de cette étude était également de proposer des axes visant à renforcer la non-prolifération nucléaire. En revanche, s’il reste dans un état idéaliste, la dynamique ultime poursuivie reste celle du désarmement nucléaire total. Des pistes ont été proposées pour le but à la fois réaliste et idéal, non sans signaler quelques obstacles provisoires d’ordre institutionnel qu’il fallait surmonter.

Les sources du droit international nucléaire étudiées dans la première partie de cet ouvrage s’étendent aux considérations liées à la restriction de la possession ou de l’emploi des armes nucléaires, et aux considérations liées à l’interdiction. Les restrictions visaient à la fois le Tnp et les ressources bilatérales et régionales à travers la création du Zean. Les interdictions, d’autre part, faisaient référence au futur Traité d’interdiction complète des essais nucléaires et à l’interdiction des armes nucléaires, qui est entré en vigueur le 22 janvier 2021.
Malgré la pertinence de jure du Tian, ​​il est jusqu’à présent dépourvu de toute application pratique, car il n’a été signé ou ratifié par aucun État doté d’armes nucléaires. On comprend donc pourquoi la question centrale de cette étude a été de savoir s’il est possible d’œuvrer à un renforcement immédiat de la restriction du régime des armes nucléaires, en vue d’une future interdiction de la possession ou de l’emploi d’armes nucléaires et de l’utilisation de telles armes armes nucléaires.

Sur la base de cette question, suivre les objectifs de la réforme envisagée, étudiée dans cet ouvrage, comme préalable à la mise en œuvre de ladite réforme.
Il a été recommandé de renforcer l’arsenal juridique en négociant de nouveaux textes relatifs respectivement au non-emploi en premier des armes nucléaires et à l’interdiction de la production de matières fissiles. uvrer à l’entrée en vigueur, de jure et de facto, des textes déjà adoptés. Une autre partie de la réforme progressive prévue aura porté sur la restructuration des organismes de codification, de contrôle et de vérification nucléaires. En outre, la poursuite des négociations diplomatiques et de la sensibilisation éducative, ainsi que la réorganisation de l’approche coercitive du nucléaire militaire, est considérée comme un aspect prioritaire de la réforme proposée.
Le jury présidé par le Pr. Jean Claude Tcheuwa a reçu la mention très honorable et le titre de Dr. Doctorat au candidat Paulin Martial Tchenzette Mbouenbeu. Le thème  »Le nucléaire en droit international, contribution à l’étude d’une réforme progressive du régime juridique des armes nucléaires » s’inscrit dans le cadre de 2021, dans un contexte de contestation permanente de l’existence de l’arme nucléaire. Pour mener une telle réflexion, cette thèse s’appuie, en termes d’approches, sur le qualitativisme et le positivisme sociologique, entre autres.

Moïse Mundic

#Cameroun #Thèse #travailler #limitation #des #armes #nucléaires

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: