Commission des droits de l’homme : La situation des enfants est préoccupante au Cameroun

0

L’institution reconnaît les efforts déployés par le gouvernement à ce jour et appelle au renforcement de la sécurité dans les zones de conflit.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

La réalisation des droits des enfants à l’éducation, à la santé et au développement au Cameroun et en Afrique reste problématique une trentaine d’années après l’adoption de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant. Le rapport a été préparé par la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun (Cdhc) à l’occasion de la célébration de la 31ème Journée de l’Enfant Africain. L’organisation note que la pandémie de Covid-19 a eu des effets dévastateurs à court, moyen et long terme sur les droits des enfants. Elle a de graves conséquences physiques, émotionnelles et psychologiques pour les enfants, notamment à travers les mesures restrictives d’incarcération ou de restriction des déplacements qui ont perturbé le calendrier scolaire et exacerbé le décrochage. Le rapport constate également que l’enfant camerounais est dans une situation alarmante.

Ceci est le résultat de violations répétées de divers droits, comme l’augmentation des enlèvements et du trafic d’enfants au Cameroun, notamment dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les conflits durent depuis plus de 4 ans ; le recrutement d’enfants soldats par les terroristes de Boko Haram. L’augmentation du phénomène de consommation de drogue chez les jeunes, qui entraîne une augmentation de la criminalité et de la violence, est également une violation. On constate que 34% des enfants de moins de 5 ans au Cameroun ne sont pas toujours enregistrés à la naissance et n’ont donc pas d’acte de naissance. Les informations incontrôlées diffusées sur les réseaux sociaux entraînent une escalade de la violence et de la criminalité.

Par ces constats, la CDHC reconnaît les efforts du gouvernement pour promouvoir et protéger les droits de l’enfant. Il s’agit notamment de la criminalisation des mutilations génitales féminines et du mariage précoce ; la création du Comité national de lutte contre le travail des enfants et la mise en œuvre de la délivrance massive d’actes de naissance en 2021. La Commission salue les actions des organisations de la société civile nationales, régionales et internationales. Ils soutiennent des initiatives ciblant les enfants victimes de conflits pour faciliter leur accès à l’éducation et aux soins de santé.

Le CDHC fait des recommandations pour protéger les droits des enfants. Elle conseille sur le renforcement de la sécurité dans les zones de conflit. Selon le communiqué, il devrait y avoir une campagne contre la guerre contre les enfants menée par les sécessionnistes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour promouvoir l’éducation des enfants dans ces régions. Elle prône une lutte contre la production, la possession illégale, la vente et l’usage de drogues et autres stupéfiants, facteurs de violence, notamment en milieu scolaire. L’institution recommande à l’Etat de lutter contre toutes les formes de violence et d’exploitation des enfants, notamment les violences sexuelles ; assurer l’adéquation entre les objectifs de l’éducation, le contenu des programmes, l’offre de main-d’œuvre et les possibilités d’emploi indépendant.

#Commission #des #droits #lhomme #situation #des #enfants #est #préoccupante #Cameroun

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: