Enlèvements et enlèvements : les séparatistes armés sur la sellette

0

Selon Human Rights Watch, ils ont commis de graves violations des droits humains.

Dans son rapport, publié le 2 août 2021, Human Rights Watch a noté neuf personnes qui ont déclaré avoir été enlevées par des séparatistes entre novembre et janvier, et a documenté trois cas depuis octobre dans lesquels des groupes d’étudiants et d’enseignants ont été enlevés. Régions. Les séparatistes armés ont également ciblé les travailleurs humanitaires nationaux et internationaux, ce qui a eu un impact sur les efforts de secours dans les zones touchées par le conflit. Les médias rapportent qu’au moins 350 personnes ont été kidnappées contre rançon depuis octobre 2018, dont 300 étudiants. Human Rights Watch affirme avoir confirmé avec succès plusieurs de ces cas. L’ONG rapporte que presque toutes les victimes ont été libérées après que les parents ou le conseil scolaire aient payé une rançon. Les ravisseurs réclamaient entre 100 000 et 1 500 000 francs CFA (entre 170 et 2 500 dollars américains) par personne et suivaient souvent un processus similaire : bander les yeux, coups et menaces. Les ravisseurs ont ensuite demandé aux victimes d’appeler un parent, un ami ou un employeur pour les supplier de donner l’argent pour leur libération.

À titre d’exemple, de Ong, un homme de 33 ans, a expliqué qu’il avait été kidnappé par des membres du groupe séparatiste armé des Forces de défense d’Ambazonie (ADF) et emmené chez eux. Décembre. Il a découvert que les séparatistes portaient des T-shirts des ADF et a reconnu le « général Ivo », un commandant séparatiste bien connu qui a été tué peu de temps après. L’homme a déclaré avoir passé cinq jours dans le camp des ADF puis avoir été relâché sans rançon versée : « J’ai dû aller aux toilettes et j’ai demandé à être emmené dans la pièce où j’étais détenu. Ils ont accepté, mais ont dit que j’avais à payer. J’ai réalisé que la monnaie d’échange était une raclée. Ils m’ont frappé dans le dos avec des câbles. parce qu’ils avaient peur de la chirurgie.Les opérations de sauvetage mettent leurs proches en danger, écrit Human Rights Watch.

Enlèvements d’élèves et d’enseignants

Depuis le début de 2017, les séparatistes ont régulièrement attaqué des bâtiments scolaires et menacé de violence les responsables de l’éducation et les étudiants s’ils ne se conformaient pas à la demande séparatiste de boycotter les écoles. Ils ont également utilisé des écoles comme base et déployé des combattants et des armes dans et autour des bâtiments, notamment dans les villages de Koppin (division Mezam), Tenkha (division Ngoketunjia) et Mbuluf (division Ngoketunjia). Les séparatistes ont enlevé 20 enfants et un enseignant de la Lord’s Bilingual Academy, une école bilingue de Kumba, dans la région du Sud-Ouest, vers 9h00 le 20 novembre. Ils ont dû marcher à travers la brousse pendant plus de quatre heures, presque jusqu’à Difang. Trois enfants ont été ramenés à la maison le même jour après une opération de sauvetage menée par des gendarmes. Les autres se sont évadés lors de cette opération et sont rentrés chez eux avec l’aide d’un habitant du quartier. Des séparatistes ont enlevé six enfants et un enseignant près de Nkwen, dans la région du Nord-Ouest, le 14 décembre. Ils apparaissent tous dans une vidéo filmée par leurs ravisseurs, qui chantent l’hymne d’Ambazonie comme musique de fond. Human Rights Watch s’est entretenu avec deux parents qui ont confirmé que leurs enfants rentraient de l’école vers 16 heures. Ils ont déclaré que les enfants de la vidéo fréquentaient au moins trois écoles de la région. Ils ont tous été libérés six jours plus tard contre paiement d’une rançon. Les cas sont légion. Il faut que ça s’arrête, souhaite l’Ong.

LM

#Enlèvements #enlèvements #les #séparatistes #armés #sur #sellette

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.