Grossesse à l’école : le Cameroun met fin aux exclusions

0

Les étudiantes enceintes peuvent demander un congé de maternité après 26 semaines et reprendre les cours après l’accouchement.

Le phénomène des grossesses d’étudiantes dans les écoles est courant au Cameroun. Les jeunes étudiantes enceintes dans les écoles sont systématiquement exclues. On se souvient encore de ce directeur du lycée Ezezang-Medoum dans le département de la Lekié, qui en 2017 avait retiré une quinzaine d’élèves enceintes de son établissement. La ministre de l’Enseignement secondaire, Nalova Lyonga, établit de nouvelles règles pour la gestion des cas de grossesse étudiante par les responsables administratifs de l’école.

Dans la circulaire du 22 avril 2022 adressée aux secrétaires régionaux, départementaux, à l’éducation et aux directeurs d’école, le Minesec note que l’exclusion systématique des élèves enceintes est une pratique qui accentue les taux d’abandon scolaire chez les élèves filles. Cela contredit également les directives gouvernementales visant à maintenir tous les élèves à l’école sans discrimination, en tenant compte de l’approche genre et de la lutte contre l’exclusion des couches sociales vulnérables.

Suite à ces observations, Nalova Lyonga a prescrit plusieurs mesures qui abrogent toutes les dispositions contraires antérieures, notamment la circulaire n° 10/A/562/MINEDUC/ESG/DETP/DEPM/DEP du 19 janvier 1980 relative à la grossesse des élèves de la sphère privée et les établissements publics de la République Unie du Cameroun. Ces dispositions tendent, le cas échéant, à permettre à l’élève dûment reconnue enceinte de poursuivre les activités scolaires jusqu’à la 26e semaine de grossesse, période pendant laquelle elle peut demander à être mise en congé de maternité ; d’autoriser l’élève à reprendre les cours après l’accouchement ; et dans la mesure où les conditions d’emploi, d’âge et de discipline sont remplies. Les destinataires de la circulaire sont également appelés à utiliser au mieux les ressources humaines mises à votre disposition pour l’accompagnement psychosocial et psychologique de l’élève concerné ; prendre les mêmes mesures contre l’élève responsable de la grossesse. L’enseignant et les autres personnels d’encadrement reconnus comme auteurs de la grossesse de l’élève feront l’objet des mesures disciplinaires applicables. Des mesures devraient être prises pour promouvoir les services pédagogiques et psychopédagogiques en termes de promotion de la santé reproductive des élèves.

Le départ du ministre des Enseignements secondaires suscite déjà de vives réactions. « S’il vous plaît ! Que les chefs de structures installent des pavillons de maternité dans leur infirmerie, voire recrutent des sages-femmes pour les besoins de l’affaire. L’école est en fumée », lance un enseignant. Un autre ajoute : « C’est mauvais de voir les jeunes filles Il faut les vérifier et punir l’auteur correctement ! Ça me fait rire. L’agresseur est parfois aussi naïf que la victime elle-même. Bref, allons-y.

Rolande Cyrille Bechon, directrice générale de New Human Rights apprécie la circulaire du Minesec. « La pratique était l’exclusion totale. Quelle anomalie de voir que des jeunes filles peuvent facilement décrocher à cause d’une grossesse. Cette panne est extrêmement grave et affecte leurs filles et celles de leurs familles. L’exclusion n’a pas résolu le problème », dit-elle. Pour elle, il faut remonter en amont pour comprendre la situation des jeunes filles, qui est un problème de société. Il clarifie également la nécessité de réponses gouvernementales globales. « Le ministre a parlé d’accompagnement psychosocial et psychologique, ce n’est pas à l’enseignant de le faire, il n’a pas les compétences. Le ministre doit accompagner cette circulaire des infrastructures appropriées pour accompagner les jeunes filles dans tout ce qui touche à la sexualité et à la reproduction.

Cécile Ambatinda / 237online.com

#Grossesse #lécole #Cameroun #met #fin #aux #exclusions

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire