Les dessous de la supposée relation extra-conjugale entre le Prof. Sosso et Damaris Enyegue

0

Un fait divers secoue la toile depuis ce matin. Il ressortit au recteur de l’Université de Yaoundé 1, le Prof. Maurice Aurélien Sosso, son épouse la Prof. Patricia Sosso, enseignante à l’Ecole normale supérieure ( ENS) de l’université de Yaoundé 1, et Prof. Damaris Mandob epse Enyegue.

L’affaire relayée par l’activiste des réseaux sociaux Boris Bertolt, a eu lieu il y a deux semaines et demie.

Selon ce qui est relayé sur les réseaux sociaux depuis cette matinée du vendredi 29 janvier 2021, Patricia Sosso née Assé l’épouse du recteur de l’Université de Yaoundé 1 s’est rendue au cabinet de son époux, après avoir reçu l’alerte que ce dernier, était dans son bureau avec Damaris Enyegue, chef de Division à l’université de Yaoundé 1. Selon la version relayée sur les réseaux sociaux, c’est suite à une alerte reçue que, Patricia Sosso débarque au bureau de son époux ( Maurice Aurélien Sosso le recteur de l’Université de Yaoundé 1 ) pour déloger sa collègue Damaris Enyegue qu’elle considère comme la maîtresse de son époux, et lui régler les comptes en lui infligeant une bonne bastonnade.

Patricia Sosso qui visiblement a reçu un message d’un des membres de sa famille qui travaillent au rectorat de l’université de Yaoundé 1, arrive effectivement tout courroucée, et s’en prend à sa collègue Damaris Enyegue. S’ensuit une chaude empoignade entre les deux enseignantes d’université. Le recteur parvient tout de même à ramener son épouse à la raison. L’empoignade prend fin, bon an mal an. Damaris Enyegue est délivrée des griffes de Patricia Sosso.

Les familles Sosso et Enyegue sont amies de longue date.

De nos investigations, il ressort que la famille Sosso et la famille Enyegue se connaissent depuis très longtemps, et que, Patricia Sosso l’épouse de Maurice Aurélien Sosso le recteur de l’Université de Yaoundé 1, ne serait pas elle-même étrangère à la famille Enyegue.

Une réflexion de fond.

Le jour où Patricia Sosso a fait irruption dans le bureau de son mari il y a deux semaines et demie, a-t-elle trouvé la porte du bureau de ce dernier fermée ? Non, absolument non. La porte du bureau du recteur était ouverte, et Damaris Enyegue assise sur un fauteuil, en train de deviser avec son patron, comme c’est le cas lorsque le recteur reçoit toute personne. Le recteur et la dame s’embrassaient- ils ? Non et non. Pas tout. Autre question. Comment une personnalité de la trempe d’un recteur peut-il prendre le risque d’entretenir une relation extra-conjugale présumée avec femme dans son cabinet, alors que son standard social lui permet amplement de le faire dans des établissements agréés, et sans aucun risque ? Et que maître de conférences, Damaris Enyegue n’est pas elle-même aussi moins riche et moins intelligente.

Comment, une histoire d’amitié entre deux familles amies qui se connaissent depuis de longues dates, a-t-elle tourné à la manipulation et à la cabale au point où Patricia Sosso qui connait aussi les Enyegue, en arrive à venir créer une scène de « ménage » dans le cabinet de son époux, sans aucune retenue, pour une dame qui n’est pas nécessairement ordinaire, parce qu’enseignante d’université et cadre au ministère de l’Enseignement supérieur ?

Des pistes de réflexion : les membres de la belle -famille du recteur, accusés.

Selon certaines sources internes à l’université de Yaoundé 1, le recteur est paradoxalement victime de sa grande magnanimité envers sa belle – famille dont il s’est entouré dans son cadre de service le plus rapproché. Son chef de protocole n’est personne d’autre que son beau-frère, cadet de son épouse Patricia Sosso. C’est le cas de plusieurs autres qui travaillent dans les services centraux de l’université de Yaoundé 1. A en croire des confidences, ce sont les membres de la belle famille du recteur qui, seraient à l’origine de la scène d’il y a une un peu plus de deux semaines. Un doigt accusateur est alors porté sur le chef de protocole du recteur, petit frère de son épouse. C’est lui qui, aurait signalé à sa grande sœur, la présence de Damaris Enyegue.

Le recteur livré en spectacle à cause d’un projet de nominations sans les frères de sa femme ?

Selon des sources crédibles et très confidentielles, c’est un projet de nominations internes à l’université de Yaoundé 1 qui, serait à l’origine de la scène de « ménage » subi par le recteur de l’Université de Yaoundé 1, par son épouse Patricia Sosso. Selon ces langues médisantes et balladeues, les amitiés de Patricia Sosso au ministère de l’Enseignement supérieur ( elle-même est aussi responsable au ministère de l’Enseignement supérieur et enseignante à l’ENS de l’université de Yaoundé 1), lui auraient donné l’information selon laquelle la liste du projet de nominations envoyée au Minesup, par son époux, ne comporterait pas les noms de ses frères qui par là, perdraient même leurs postes de responsabilité au service central de l’université. Toute chose qui aurait alors poussé Patricia son épouse, à diffuser alors la scène de « ménage » du rectorat, en se confiant à certains de ses collaborateurs du ministère, lesquels porteront alors un fait divers resté jusque là inconnu et banal, hors du cercle fermé du recteur : protocole et secrétariat.

Sollicité sur la question, un psychologue nous confie que la scène provoquée par Patricia Sosso à l’encontre de son époux, n’a rien d’une scène de jalousie, mais d’un scénario bien monté. Une manipulation. Un chantage.  » Si c’était une scène de jalousie, Patricia Sosso ne serait pas partie de la maison pour, se retrouver depuis deux semaines et demie, dans sa famille, notamment chez sa mère. Lorsqu’il s’agit d’une scène de jalousie, la femme ne quitte pas l’homme. Elle reste à la maison, et boude son mari, en le privant de certaines grâces, en évitant au maximum les contacts avec lui, afin de l’amener à faire amende honorable, et lui restituer sa dignité partagée. Mais ici, nous avons vraisemblablement un cas où une dame n’a été violentée par son époux ni physiquement ni verbalement. Elle ne subit aucune maltraitance, mais décide de partir sans aucun regret, malgré l’intervention des tiers l’invitant à regagner son foyer, quelques jours après la scène. C’est une affaire de calcul et d’intérêts qui a mal tourné. Cela sent le complot et la manipulation », confie un maître de conférences en Psychologie qui a requis l’anonymat.

Le recteur Sosso est cerné par sa belle famille.

A toutes fins utiles, il convient de rappeler ceci. Le 1er vice- recteur de l’Université de Yaoundé 1, le Prof. Calvin Owono Owono, est l’époux de la mère de Patricia Sosso. Il est donc de ce fait, le beau-père par alliance du recteur de l’Université de Yaoundé 1, et donc beau-père de Patricia Sosso. Le chef de protocole du recteur n’est personne d’autre que le petit frère de son épouse. Nous nous réservons de dévoiler d’autres frères de Patricia Sosso qui travaillent dans les services centraux de l’université de Yaoundé 1. Depuis plusieurs années, le Prof. Calvin Owono Owono est collé au dos de Maurice Aurélien Sosso, le suivant comme son ombre. Successivement, il a été directeur de l’ENS de l’université de Yaoundé 1, secrétaire général de la même université, vice-recteur chargé de la Recherche, de la Coopération et des Relations avec les entreprises, et vice- recteur chargé des Enseignements. Poste qu’il occupe toujours actuellement, et qui fait de lui le vice-recteur No1, et donc seconde autorité de l’université de Yaoundé 1, juste derrière Maurice Aurélien Sosso.

Peut- on conclure ?

Selon les développements et les clés de compréhension que nous espérons vous avoir fourni, il se dégage nettement que la scène au cabinet du recteur de l’Université de Yaoundé 1, n’a rien d’une scène de jalousie ou de ménage à proprement parler. Puissions-nous en toute modestie, vous épargner de cette naïveté et de ce simplisme qui auraient été vôtres pour appréhender l’affaire. Très loin de là. De l’affaire Patricia Sosso / Damaris Enyegue, il ne s’agit aucunement d’une histoire de relations extra-conjugales entre le recteur et Damaris Enyegue. Les deux familles sont amies depuis de longues années, et Patricia Sosso ( sauf mauvaise foi), ne serait pas étrangère au couple Enyegue qui selon certaines sources, l’aurait accueillie d’une façon ou d’une autre.

REF: camer

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: