Les procureurs pourraient impliquer Ivana Essomba dans la mort du jeune Brian Fombor. ne pas démontrer

0

Le procès du jeune Brian Fombor se déroule actuellement à Yaoundé. Convoquée pour l’audience du 29 septembre 2022, l’affaire entre l’accusation et les titulaires de droits de feu Bryan Formbor comportait la visualisation de séquences vidéo des caméras de surveillance de la DGSN plutôt que le drame.

Alors que le public, qui s’était massé en masse pour l’occasion, s’attendait à une manifestation pour confirmer la position du parquet sur le meurtre commandité du jeune Brian Fombor, c’était plutôt un spectacle intrigant et décevant, également pour les juges de collégialité auxquels assistaient les personnes présentes. . Plus précisément, deux enregistrements ont été diffusés au public.

Le premier coup était tiré de la vidéo du meurtre. Ce qui a marqué, c’est le manque de cohérence entre les observations du ministère public et les images diffusées.
Par exemple, dans sa volonté d’étayer une allégation à la surprise générale, le ministère public a raconté une histoire dont les faits manquaient dans les vidéos.

Dans un extrait de l’enregistrement, il y a clairement des étincelles provenant du côté conducteur du véhicule en mouvement du défunt. Cependant, cela corrobore volontiers les déclarations de Dame Yvana Obama Essomba qui affirmait que la moto était encastrée sous le pare-chocs du véhicule poursuivi par une horde enragée de moto-taxis. Curieusement, le ministère public n’en a pas parlé.

L’OM a rapidement présenté la seule passagère enceinte comme étant Dame Yvana Obama Essomba, ce qui était en contradiction flagrante avec les propos du même représentant de l’OM qui avait déclaré lors de l’audience du 15 juin 2022 que Dame Yvana Obama Essomba était au téléphone de la drame à Nkolmesseng !!!!

Quant à ce passager, il semble encore que cette personne portait une robe, tandis que Dame Yvana Obama Essomba portait un short gris et un pull blanc le soir du drame. Et ces vêtements ont été produits par le Procureur comme pièce à conviction.

Le procureur a tenté de faire croire au public que c’était Dame Yvana Obama Essomba qui était à bord du taxi, ce qui contraste formellement avec la différence de taille visible entre la femme dans la vidéo et Dame Yvana Obama Essomba. Pire encore, l’angle de prise de vue des images, en plongée et de nuit, rend impossible la distinction des visages des personnes présentes sur les images.

S’agissant de l’enregistrement par la DGSN du fait-reconstitution, il a été démontré à nouveau que la moto était en réalité encastrée sous le pare-chocs du véhicule et à des centaines de mètres du domicile (au moment des faits) jusqu’au lieu du drame . Cela a été confirmé par l’enregistrement des caméras de surveillance de la police la nuit du drame (d’où la projection d’étincelles très visibles). Le ministère public s’est limité à commenter cet enregistrement, sans toutefois fournir d’éléments techniques pour étayer les allégations. Aucune image formelle pour distinguer et identifier les protagonistes.

Me Mbem Elsa (avocat du ministère public) s’est contenté de reprendre les arguments du ministère public, sans introduire de nouveaux éléments.

Après cette action du procureur de la République et de l’avocat de la partie civile (qui ne s’est jamais présenté à cette audience), la parole a été donnée aux différents suspects qui ont plaidé non coupable.

A l’issue du parquet, tant le président de la collégialité que les deux autres magistrats n’ont pas caché leur étonnement devant le « râle » du parquet. A mi-parcours de l’audience, le président de la collégialité a rappelé au procureur, qui a réussi à présenter trois versions différentes d’une même affaire, que le tribunal n’est pas des réseaux sociaux. Au tribunal, nous parlons des faits.

Rappelons que dans cette affaire, la police a mené une enquête pendant un mois et demi. D’abord la direction de la police judiciaire et le bureau de Mbarga Nguele. Au terme de l’enquête, 7 personnes ont été interpellées, les deux enquêtes aboutissent à la même conclusion, après reconstitution des faits, affrontements… Ivana essomba n’a aucun lien avec ce meurtre. La conclusion de la police : Fombor était au mauvais endroit et au mauvais moment de la part des benskineurs qui pensaient avoir tué l’un d’eux

L’affaire a été ajournée au 31 octobre pour une audition des suspects.

BORIS BERTOLT / 237online

#Les #procureurs #pourraient #impliquer #Ivana #Essomba #dans #mort #jeune #Brian #Fombor #pas #démontrer

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire