Malfrats libérés à Bafoussam: les victimes du gang saisissent Dion Ngute et Laurent Esso

0
186

Dans leur correspondance, les plaignants indexent le procureur auprès des cours suprêmes du MiFi et du procureur général.

Les victimes de la bande de voyous, arrêtées le 17 décembre 2020 à Bafoussam dans la région ouest et présentées à la presse, ne veulent pas abandonner quelques jours après la libération surprise de leurs bourreaux par le parquet de Bafoussam.

Deux des victimes, Ngnigayen Fokou Adolphe, sponsor des installations de Bell K.Auto, et Donfack Kengue Simon, administrateur général adjoint de Petroly and Logistic SA, ont décidé de confisquer le Premier ministre, le Premier ministre, le ministre de la Justice et le garde-sceau, ainsi que le président du National Commission anti-corruption (CONAC). Dans leur correspondance, les plaignants évoquent « des faits de corruption avec certains employés du parquet », informe le quotidien Le Messager dans son édition du 7 janvier 2021.

Dans cette correspondance, dont le journal prétend avoir reçu des copies, les plaignants soulignent que les voyous présumés sont en cours de libération « alors que les négociations entre les destinataires et les deux principaux plaignants, le parquet et le parquet, étaient en cours ». contre toute attente, libérer toute la bande quelques heures après leur enlèvement le 18 décembre 2020 vers 16 heures », peut-on lire. Les plaignants déclarent sans détour que « cette loi a augmenté le montant de 28 millions de FCFA offert aux plaignants ».

La correspondance adressée au Premier Ministre, à la MINJUSTICE et au Président de la CONAC entraîne une perte «actuelle» de 117 millions de CHF pour le plaignant Donfack Kengue Simon de Petroly and Logistic SA et de 110 millions de FCFA pour Ngnigayem Fokou Adolphe de Bell K. Auto est apprécié.

Interrogé par l’auteur de l’article, le procureur des tribunaux supérieurs du MiFi a refusé de prendre la parole. Cependant, dans un article précédent sur l’affaire, un ami proche du juge Mekok Belinga Emérant a déclaré, soupçonné de pots-de-vin qui fleurissent dans la communauté juridique et la police, que « le procureur n’a rien reçu de personne ».

Pour rappel, les voyous présumés, au total neuf, dont sept Camerounais et deux ressortissants syriens et nigérians, arrêtés pour vol aggravé et recel de modules de camions, ont été libérés quelques heures après avoir été présentés au procureur. Deux ont été capturés. Les sept autres sont toujours à l’état sauvage.

REF: Cameroon Info

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]