Home Actualité Cameroun Panique à Etoudi: Voici les nouvelles révélations sur des exactions au NOSO depuis 2016 [RFI]
Actualité CamerounSociété

Panique à Etoudi: Voici les nouvelles révélations sur des exactions au NOSO depuis 2016 [RFI]

En l’absence d’un acte raisonnable de la part des autorités, l’avocat du président du mouvement de la renaissance camerounaise condamne un gâchis du processus depuis sa mise en résidence surveillée jusqu’à sa levée.

Alors que les rumeurs d’une levée de l’assignation à résidence pour Maurice Kamto ont fait émeute le fil d’actualité le mardi 8 décembre 2020 après que le gouvernement ait décidé d’intensifier les représailles contre le leader du mouvement Pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et ses militants, a confirmé L’avocat Me Hyppolite Meli a rapporté la nouvelle dans un message sur sa page Facebook mardi soir.

Le coordinateur du collectif Sylvain Souop est revenu sur cette nouvelle de Maurice Kamto ce mercredi 9 décembre 2020 dans les colonnes du quotidien Le Jour. Il ne sait pas si les opposants au régime de Yaoundé peuvent désormais circuler librement, d’autant plus que depuis le 21 septembre une décision administrative, encore moins judiciaire, n’a jamais été prise dans sa maison en faveur de son assignation. 2020.

« Je ne sais pas s’il peut se déplacer librement maintenant et vaquer à ses occupations habituelles comme tout le monde! Je ne sais pas non plus si l’appareil qui y était stationné du 21 septembre 2020 au 8 décembre 2020, demain ou après. » reviendra un autre jour, ou quand il reviendra si ce ne sera pas plus difficile! Je me demande « , dit-il. Et d’ajouter: » Quand nous sommes dans la république, c’est un droit fondamental qui appartient à chaque citoyen, rien que Souffrir d’actes administratifs motivés, rien que des actes administratifs fondés sur la légalité et rien d’autrui. Je ne pense pas que ce soit le cas avec mon client, le professeur Kamto. « 

Il a également fait le point sur la situation des militants et sympathisants du MRC arrêtés lors des marches du 22 septembre 2020. Il dit qu’après la libération de la présidente des femmes du MRC Me Mispa Awasum et de deux autres militantes, 157 de ses clients, dont Maurice Kamto, étaient toujours poursuivis pour des crimes liés aux manifestations du 22 septembre 2020. «Huit sont condamnés à deux ans de prison par le tribunal de première instance de Mfou, et nous avons répondu à l’appel. Cinq ont été condamnés à quatre mois de prison le 6 novembre 2020 par la chambre pénitentiaire du tribunal de première instance de Nkonhsamba », a déclaré l’avocat.

I Hyppolite regrette de ne pas avoir manqué de critiquer la position du gouvernement qui, dans son communiqué du 8 décembre 2020, indique qu ‘ »il est justice » et qu’il décidera du sort des personnes toujours en détention Meli.

REF: rfi.fr

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Samuel Eto’o porte plainte contre la Caf

Dans un contexte marqué par des allégations et des enquêtes, Samuel Eto’o...

Domination marocaine dans les premières étapes du Marathon des Sables

La deuxième étape du 38ème Marathon des Sables a connu une fin...

Voici pourquoi Bruno Bidjang s’est retrouvé à Kondengui

Clarification sur la situation de Bruno Bidjang : Analyse de son statut...

Violences sexuelles dans une église camerounaise : Le pasteur accusé prend la fuite

Un scandale choquant secoue actuellement la ville de Yaoundé, au Cameroun, mettant...

[quads id=1]