Premier vote historique au Congrès américain pour corriger l’injustice de l’esclavage

0
27

Une commission du Congrès américain a adopté mercredi un projet de loi sur la compensation financière pour réparer les méfaits de l’esclavage aux États-Unis. Il s’agit d’un premier vote historique dans un pays encore caractérisé par la discrimination raciale.
Le texte a été approuvé par le comité de justice de la Chambre par 25 voix contre 17, tous les démocrates votant pour et les républicains votant contre.

Premier vote historique au Congrès américain pour réparer les torts de  l'esclavage

La chambre basse du Congrès, dans laquelle se trouve une majorité de démocrates, doit ensuite l’approuver en plénière à un moment indéterminé. Cependant, le sort du projet de loi est incertain au Sénat, où les démocrates devront obtenir les votes d’au moins dix républicains pour qu’il soit adopté.

Le projet de loi prévoit la création d’une commission d’experts chargée de proposer une compensation gouvernementale aux descendants d’environ quatre millions d’Africains amenés de force aux États-Unis entre 1619 et 1865, date de l’abolition de l’esclavage.

Il attaque « l’injustice, la cruauté, la brutalité et l’inhumanité fondamentale de l’esclavage » et les inégalités qui affligent encore aujourd’hui la minorité noire américaine.

Réparer les torts de l'esclavage: un premier vote «historique» prévu au Congrès  américain | JDM

Ce vote « historique » vise à « poursuivre un débat national sur la manière de lutter contre les mauvais traitements des Afro-Américains pendant l’esclavage, la ségrégation et le racisme structurel, qui sont encore répandus dans notre société aujourd’hui », a déclaré le pouvoir judiciaire devant le Comité de vote, Démocrate Jerry Nadler.

La démocrate afro-américaine Sheila Jackson Lee a demandé à ses collègues « de ne pas ignorer la douleur, l’histoire et la sagesse de cette commission ».

Le président Joe Biden, également démocrate qui a rencontré mardi des élus afro-américains au Congrès, « s’est engagé » à soutenir le texte, a-t-elle déclaré.

Mais les commissaires républicains, tout en reconnaissant la brutalité de l’esclavage, s’opposent à la législation.

Esclavage : un premier vote "historique" prévu au Congrès pour réparer les  torts | Radio Algérienne

« Cela nous libère de l’important rêve de juger quelqu’un sur le contenu de sa personnalité et non sur la couleur de sa peau », a déclaré le représentant républicain Chip Roy.

La législation, dont la première version a été rédigée il y a près de 30 ans, est redevenue centrale car la mort de plusieurs Afro-Américains lors d’opérations policières a conduit les États-Unis à examiner de plus près leur passé d’esclaves et les multiples formes de discrimination dont ils souffrent. de la minorité noire qui représente près de 13% de la population.

Le vote a eu lieu alors qu’un officier de police blanc de Minneapolis est jugé pour l’arrestation d’un homme noir de 40 ans, George Floyd, qui est devenu un symbole mondial de la violence policière.

Initiatives locales
Malgré les progrès de la lutte pour les droits civils dans les années 1960, les Afro-Américains ont toujours moins d’éducation, une couverture de sécurité sociale plus faible et une vie plus courte que les Blancs. Ils sont également incarcérés de manière disproportionnée par rapport au reste de la population américaine.

En 2019, le revenu annuel médian d’un ménage noir était de 43771 dollars, contre 71664 dollars pour un ménage blanc, selon les statistiques officielles.

Un groupe de 13 experts doit donc proposer une compensation « pour l’établissement de l’esclavage et (pour) la discrimination raciale et économique contre les Afro-Américains ».

Ces experts doivent faire des recommandations sur la manière dont cette rémunération doit être calculée, sous quelle forme elle doit être faite et qui est éligible au financement.

La question de l’indemnisation a été soulevée par plusieurs candidats à l’école primaire démocratique 2020 dans le cadre du débat plus large sur les différences raciales et de revenu.

Monde | Le Droit - Gatineau, Ottawa

Avant qu’une décision ne soit prise au niveau fédéral, le problème de la réparation avait déjà été traité au niveau local.

La petite ville d’Evanston, près de Chicago, a été la première en mars à décider d’indemniser ses résidents noirs avec 10 millions de dollars au cours des 10 prochaines années.

Les résidents qui satisfont aux critères recevront chacun 25 000 $ pour financer leur prêt hypothécaire ou leurs rénovations domiciliaires.

Et en 2019, les étudiants de la prestigieuse université de Georgetown à Washington ont approuvé symboliquement la création d’un fonds au profit des descendants d’esclaves vendus au XIXe siècle par les jésuites fondateurs de l’établissement.

RF:https://www.24matins.fr/topnews

Partagez avec vos proches

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]




PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES: