Revendications des enseignants : Paul Atanga Nji traque les grévistes

0

Pourquoi le ministre de l’Administration territoriale instruit les gouverneurs de régions d’identifier les membres du mouvement On a trop soutenu (Ots).

Paul Atanga Nji hausse le ton et menace, à propos d’informations qu’il croit crédibles, faisant état de la recrudescence de revendications « fantaisistes » dans le secteur de l’éducation venant de leaders de mouvements « petits groupes ». beaucoup » (Ots) et « Nous avons trop attendu » (Ota). Le ministre de l’Administration territoriale, dans une lettre adressée aux gouverneurs de régions ayant pour objet Identification des pseudo-représentants et membres des mouvements Ots-Ota, a prescrit la rigueur à l’encontre des enseignants en grève : à l’identification et à l’arrestation systématiques, si nécessaire, des signataires des « tracts » envoyés par les mouvements « Ots » et « Ota », conformément aux lois et règlements applicables.

Un endurci Paul Atanga Nji tente de justifier : « Malgré les efforts du gouvernement pour satisfaire les doléances des enseignants, il est déplorable que des esprits maléfiques qui se revendiquent parfois des « Ots » soient parfois des mouvements « Ota », dénués de toute légitimité, des réseaux sociaux inondent de « tracts » demandant aux enseignants de respecter les slogans de grève. Le document publié le 23 avril en est une parfaite illustration.

A ce jour, explique Atanga Nji, « il semblerait que les mouvements « Ots » et « Ota » comptent une centaine de représentants. Cela confirme le caractère illégal de ces mouvements et le fait que le gouvernement est constamment confronté à de nouveaux interlocuteurs avec de nouveaux interlocuteurs. de l’administration territoriale lève le voile sur ce qu’il considère comme une instrumentalisation de ce mouvement : « Certains enseignants qui se réclament des mouvements ‘Ots’ et ‘Ota’ ont été surpris en rencontrant des responsables de partis politiques et d’ONG. Le sujet des échanges n’avait rien à voir avec les doléances des enseignants, mais plutôt avec des projets politiques à caractère rebelle. Ces suspects font actuellement l’objet d’une enquête. †

syndicats

Mandaté par le ministre de l’Administration territoriale, le gouvernement s’emploie à apporter des réponses appropriées aux questions soulevées par les enseignants. A cet égard, il rappelle que le Premier ministre a donné instruction à certains de ses collaborateurs de consulter les représentants des syndicats officiellement reconnus et d’autres parties prenantes. « pour certains d’entre eux n’ont pas la personnalité juridique »† Paul Atanga Nji souligne que ces concertations ont abouti à des mesures particulières et urgentes prescrites par le chef de l’Etat.

Et, souligne-t-il, ces mesures sont tangibles pour certains enseignants à travers les salaires des mois de mars et avril 2022. « Cela montre la détermination du gouvernement à résoudre progressivement les problèmes soulevés dans ce secteur clé, malgré leur impact financier important sur le budget de l’État. On peut également mentionner, entre autres, la réduction significative des délais de traitement des dossiers d’intégration et de promotion des enseignants ; une innovation qui mérite d’être saluée »comme félicitations Paul donne Nji.

Le cœur des revendications des enseignants reste la signature de leur statut particulier, élaboré depuis l’an 2000, dont un exemplaire revu et corrigé a été déposé pour signature à la Présidence de la République la même année. Ce statut dépendra en effet de la solution de tous les autres problèmes posés par ces personnels de la fonction publique. Comme l’automatisation des créances et des garanties financières aussi bien dans le secondaire que dans le primaire, ou le versement de primes logement aux personnels enseignants des six dernières promotions de l’Ecole Normale Supérieure (Ens) de Yaoundé. Une prime qui représente 20 % du salaire de base des enseignants. A ces exigences s’ajoutent l’accélération du traitement des dossiers d’intégration et la suppression du système 1/3 qui est la norme depuis près de sept ans.

tromperie

La vague de revendications des enseignants a commencé en février dernier. Dans un communiqué circulant sur les réseaux sociaux, les enseignants appellent à la grève du 9 au 13 mai, dénonçant ce qu’ils qualifient de fraude gouvernementale » qui ne veut manifestement pas régler les problèmes soulevés par les enseignants relevant du ministère des Enseignements secondaires depuis février. †
Pour rappel, l’ordre de Paul Atanga Nji aux gouverneurs fait suite à la menace exprimée il y a quelques jours par la ministre des Enseignements secondaires, Pauline Nalova Lyonga, qui a exigé des propriétaires des établissements de ce niveau d’enseignement qu’ils transmettent les noms du personnel enseignant qui continuent d’éviter les cours.

Claude Tadjon / 237online.com

#Revendications #des #enseignants #Paul #Atanga #Nji #traque #les #grévistes

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire