CAN 2021 : le père Ludovic Lado dévoile son projet de boycotter la compétition

0

• Le père Lado appelle au boycott de la CAN

• Il appelle à la fin de la crise anglophone

• Plusieurs menaces planent sur la CAN 2021

« Le football se soucie-t-il des droits humains et de la justice ? C’est la question du prêtre jésuite Ludovic Lado. En militant pour la fin de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun (NOSO), il appelle au boycott de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2021) dont le Cameroun accueillera à partir de janvier. 9, 2022. L’opération baptisée « Vide Stadium » vise, selon l’initiateur, à dénoncer le « refus par le régime d’un véritable dialogue pour la paix ». Il envisage également de porter les cris des prisonniers politiques dans le pays. Le Père Lado appelle ainsi le Cameroun à n’assister à aucune compétition camerounaise pour enfin dénoncer la « corruption de masse du système ».

Ces menaces menacent sur la CAN 2021

Plusieurs analystes en avaient peur. C’est maintenant confirmé. Les groupes armés séparatistes répandus dans les régions anglophones du Cameroun veulent profiter de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations au Cameroun pour exiger la libération de leurs membres. Dans une vidéo datée du 8 décembre 2021, un commandant des Forces de défense d’Ambazonie (ADF) demande la libération du président de la République autoproclamée d’Ambazonie, le Dr Ayuk Tabe, détenu à la prison centrale de Kondengui depuis 2018, ainsi que tous les autres détenus. dans les prisons camerounaises.

A l’heure où le Cameroun a besoin de rassurer les milliers de visiteurs qui s’apprêtent à participer à la CAN Total 2021 à partir du 09 janvier 2021, ces menaces de l’ADF remettent la sécurité au goût du jour à l’époque de l’organisation du plus grand club de football. masse sur le continent africain. En effet, les groupes armés séparatistes, dont les actions se sont jusqu’à présent limitées aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et parfois de l’Ouest, annoncent avoir déjà positionné leurs membres dans les principales villes du pays, Douala et Yaoundé. Spécialisés dans l’installation d’objets explosifs improvisés, ces groupes armés séparatistes constituent une réelle menace pour la prochaine CAN 2021.

Il rassure Nji

Les autorités camerounaises sont également préoccupées par les menaces des Amba Boys. Lors d’une rencontre avec les gouverneurs des 10 régions du Cameroun, les ministres de l’administration territoriale Paul Atanga Nji ont appelé à la constance et à la vigilance pour que la CAN 2021 reste un moment festif. « Lors de la CAN 2021, aucune anomalie comportementale ne sera tolérée. C’est un moment festif. C’est un moment de joie », a-t-il déclaré.

Boko Haram, crise politique

Les Ambazoniens ne sont pas les seules menaces qui pèsent sur l’organisation de la CAN 2021. Le Cameroun est également secoué par une crise politique profonde marquée par l’arrestation de centaines de militants du Mouvement de la Renaissance camerounaise (MRC). Maurice Kamto, le président de cette formation politique, connu pour son poids, a donné le ton lors de son dernier déplacement à Douala. Il promet « la bataille » à ceux qui s’y opposent, la « bataille ». Au gouvernement, cette sortie du MRC est perçue comme une déclaration de guerre et un plan de sabotage de la CAN.

« Un homme politique a déclaré dans certains médias qu’il était prêt à se battre. Mais je voudrais aussi dire que quiconque veut se battre devrait au moins avoir les mains et les pieds pour se battre. S’il veut nous servir le vent, nous lui servons la tempête. S’il veut nous servir la tempête, nous lui servirons le tsunami. Je veux que ce message soit compris. Et je dis, cette fois, quand le rouleau compresseur va démarrer, il ne doit pas s’arrêter », a répondu le ministre Paul Atanga Nji.

Le Cameroun, faut-il le rappeler, a également été victime de frappes régulières des groupes armés de Boko Haram dans l’extrême nord du pays. Les terroristes islamiques sèment la terreur dans cette région du Cameroun depuis des années. Des meurtres de civils et de militaires s’y produisent régulièrement. A cela s’ajoute le conflit interethnique en cours dans cette région, qui a déjà créé plus de 30 000 réfugiés en moins d’une semaine. Le Tchad, désormais pays d’accueil de ces personnes déplacées, a déclaré l’urgence humanitaire le 8 décembre 2021.

#père #Ludovic #Lado #dévoile #son #projet #boycotter #compétition

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire