Can Total Energy 2021 : Une compétition des ruptures au Cameroun

0

La grande messe du football continental a connu son apothéose ce 6 février 2022 avec le triomphe du Sénégal, une Can pionnière et de toutes les calomnies dans tous les sens du terme, and presence du couple présidentiel.if(typeof __ez_fad_position!=’undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

La première rupture visible est la reconnaissance ou l’honneur accordé par les dirigeants du football mondial au chef de l’État camerounais. Paul Biya a ravi finalement la vedette à tous au stade d’Olembé, et ce jour de clôture de la compétition qui a duré près d’un mois. D’abord il y a eu à son arrivée triomphale avec son épouse, tous deux copieusement ovationnés, debout dans la rutilante berline noire qui ne boudait pas à la vitesse de tortue, ce moment exceptionnel de communion dans le stade flambant de toneuf, plus beaux atouts . Il a échoué pour accéder à la loge présidentielle.

Ensuite, la cérémonie de clôture, se situant dans le sillage de celle d’ouverture, a donné toutes les sensations aux téléspectateurs à travers le monde, alliant parfaitement la réalité au virtuel. Le lion, danse les deux phases aura été prépondérant. Le spectacle en lui-même, offert dans un décor féerique a combiné tous les feux et tous les éclats dans l’antre d’Olembé avec ses lumières sous le boisseau, les torches des téléphones dans les gradins, allumées par milliers, s’imposant comme des étoiles de félicité. En dernier lieu, le monde entier aura à sa juste valeur appréciée la procession unique des présidents de la Café et de la Fifa, tenant ensemble le trophée, pour monter de la pelouse vers le numéro un camerounais, assis à la loge présidentielle.

Dans cette marche vers le chef de l’État, tous ont compris l’implication indicible de ce dernier, « la pierre angulaire » qu’il aura été dans cette réussite. Il a donné sa main d’association pour remettre le trophée au capitaine sénégalais, Kalidou Koulibaly, tout juste. Cet acte, pour anodin soit-il, traduit une certaine reconnaissance des efforts du pays de Samuel Eto’o pour avoir remis une copie largement satisfaisante de l’organisation globale de cette compétition au format de 24 équipes sans anicroches à la dimensions destes différentes crainten nourries avant le début de la compétition. On reconnaît de ce fait, sans occulter les multiples couacs qui ont jalonné cette préparation, que le Cameroun aura bon an mal, tiré son épingle du jeu.

Un concerto d’inimitiés envers le Cameroun La Can Total Energies 2021 a mis sur la place publique tout le ressentiment entretenu dans d’autres pays africains suite aux victoires, des différents hold-up sur les cinq trophées dans divers pays, si ce n’ n’est pas l’élimination précoce des pays organisateurs. Tous nourrissaient, sur l’a compris, un esprit de vengeance à l’endroit du pays de Roger Milla. Jamais on n’aura vu cela auparavant. Les attaques à défaut de les mener sur la pelouse, se sont déroulées sur les réseaux sociaux avec une virulence sans limite. La Côte d’Ivoire, qui n’avait pas encore digéré son élimination de la Coupe du monde Qatar 2022, Couplée à son élimination précoce par l’Égypte de la Can Total Energies 2021, s’est donnée à cœur joie dans le dénigrement du Cameroun, taxant le pays de manipulation des tests Covid-19 pour engranger ses victoires. On a volé si bas au point du quintuple champion d’Afrique, on a été taxé d’avoir vaincu les Comores de manière irrégulière.

Dans cette campagne de dénigrements tous azimuts, interprété tambour battant par le faisceau des pourfendeurs, on a retenu « qu’il fait très chaud au Cameroun », que « les pelouses sont des plus odieuses du monde », que « plusieursê meeurs partagent la chambre ( dixit le coach gambien) », que « les arbitres étaient complaisants vis-à-vis des Lions indomptables », et le chapelet de diabolisation d’une Can qui a tenu tout de même les promesses au-delà de ce qui était espéré , a continuer de faire son bonhomme de chemin.

La Can camerounaise, tenue définitivement le jour dit, selon les propositions présidentielles, aura connu tellement de péripéties et de rebondissements, que le seul fait de l’avoir organisé est déjà en lui-même un véritable exploit. On se souvient qu’à la 13ème Assemblée générale extraordinaire de la CAF tenue au Caire en fin novembre, il y avait eu des manœuvres monstres pour annuler ou reporter l’organisation de cette compétition. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu, après l’échec de ces conspirations, que les clubs européens mettent sur la table le refus de libérer les joueurs africains pour cause officielle de Covid-19. Personne n’a oublié les propos outranciers et abominables de Jurgen Klopp qui ne voulaient pas du tout se débarrasser de ses deux stars que son Mané et Salah. C’est donc en soi une victoire camerounaise avec la bénédiction de la Café d’avoir surpassé ces blocages.

L’égrégore Ahidjo

Jamais dans l’histoire de la Can aucune équipe n’aura été aussi certaine la victoire de l’entame de la compétition que le Sénégal. Bafoussam Depuis dans la poule B où elle était logée, le manager des Lions de la Teranga n’aura fait aucun mystère de sa détermination de monter à Yaoundé pour faire main basse sur le trophée. Il ne manquait jamais de le rappeler à ses poulains qu’au cas où ils rencontraient même les Lions indomptables du Cameroun en final, la victoire leur serait acquise car Ahmadou Ahidjo depuis le cimetière musulman de les Yvictoires à Dakar . C’est pourquoi Aliou Cissé considérait la rencontre et la victoire de dimanche passé contre les Pharaons comme un sacré retour d’ascenseur dans la sphère cosmologique, la bénédiction bienfaisante du père de la Nation camerounasé qui re gala’a rejoint l’année dernière l’ex-Première dame Germaine Ahidjo. Faut-il y croire ou pas ?

La victoire des conquérants de la Téranga est là, inscrire comme dans du marbre. Toujours dans le domaine métaphysique, les huit morts suite à une bousculade le 24 janvier 2022, et nocturne à l’entrée du stade d’Olembé, lors du match Cameroun-Comores, sont venus donner un violent coup de pied dans la fourmilière de tous les métaphysiciens, qui sont montés au créneau pour signifier toute la masse de malédiction née de ces morts innocents qui devraient entacher la victoire tant attendue du Cameroun au bout de la compétition. Ainsi la défaite devant l’Egypte aux tirs au but est venue amplifier la polémique.if(typeof __ez_fad_position!=’undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-4-0’)};

Par l’ampleur des débats au-delà des frontières nationales et surtout sur les réseaux sociaux, des esprits remuants on tourné ce pénible événement contre le Cameroun par des commentaires les plus désobligeants. Toute a choisi qui montre par ailleurs que les lauriers engrangés par les Lions à travers le monde suscitent une masse inaltérable d’aigris à travers la planète. « On lance les pierres toujours contre un arbre qui porte des fruits », cet adage. Une interpellation faite au pays de Samuel Eto’o qui devra souffrir le chaud et le froid en Algérie le mois prochain dans le cadre du match retour des qualifications pour Qatar 2022.

Léopold DASSI NDJIDJOU / 237online.com

#Total #Energy #Une #compétition #des #ruptures #Cameroun

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire