Canette de volley-ball féminin : les championnes africaines des lionnes en souffrance

0

L’entraîneur des Lionnes a critiqué la situation lors d’un entretien post-couronnement le 19 septembre 2021 à Kigali, la capitale rwandaise.typeof __ez_fad_position!=’undefined’&&__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)typeof __ez_fad_position!=’undefined’&&__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0_1’).medrectangle-3-multi-128{border:none!important;display:block!important;float:none;line-height:0;margin-bottom:15px!important;margin-left:0!important;margin-right :0!important;margin-top:15px!important;min-height:250px;min-width:250px;padding:0;text-align:center!important}

C’est la fête et l’euphorie au sein de la famille du volley camerounais depuis dimanche dernier. Et à juste titre, le troisième sacre consécutif des Lionnes Indomptables à l’issue du Championnat d’Afrique des Nations Féminines de Volleyball Rwanda 2021. Et à l’étude, ces Lionnes, bien que dans la joie, s’interrogent encore sur les conditions de préparation de ce match dans lequel elles a été. Les primes de stage, d’entraînement et de match non rémunérées sont comme une pierre dans la chaussure de l’équipe, l’empêchant de profiter pleinement de son sacre. L’entraîneur de l’équipe, Jean-René Akono, l’a fait savoir lors d’un entretien le 19 septembre 2021, alors qu’il venait de hisser le trophée à la Kigali Arena.  » En parlant d’équipe, le camp de préparation a été le plus dur depuis que j’ai rejoint l’équipe nationale du Cameroun. Il y a eu des moments où, dans la pratique, nous n’avions même pas d’eau. Les filles ne se sont pas plaintes que nous travaillions ensemble depuis des années. »dit l’entraîneur. Comme lors des trois éditions précédentes, il a d’abord choisi le jeu puis a vu l’émission de bonus. « Ils fonctionnent parce que nous disons qu’ils devraient et nous verrons plus tard », a-t-il déclaré, avant de tirer la sonnette d’alarme : « J’aimerais que les gens comprennent qu’être sportif est un travail car il y a beaucoup de sacrifices. J’aimerais qu’on ait un peu de respect pour le fait qu’on ait choisi de faire du sport notre métier et que l’on en vive. Jusqu’à présent, nous n’avons même pas eu les bonus olympiques que nous obtenons souvent lorsque nous nous entraînions. Les filles se sont fixées l’objectif d’atteindre le triplé et elles ont réussi. », a fulminé Jean-Réné Akono.

On se souvient qu’en 2019 les Lionnes ont reçu une prime de 10 millions de FCfa chacune, et une prime spéciale du chef de l’Etat de 204 millions de FCfa pour toute l’équipe, après leur deuxième titre de Champions d’Afrique remporté en Egypte ; avec un prix de Chevalier de l’Ordre de la bravoure par le Premier ministre en chef Dr Dion Ngute. Mais force est de constater que nos champions ont d’abord boudé la prime de 10 millions de FCfa chacun, avant celle du chef de l’Etat. Dès 2017, alors qu’ils venaient de se lever et de rentrer chez eux, en tant que champions continentaux, le gouvernement camerounais leur a accordé une place d’honneur. Chacun d’eux a ensuite bénéficié d’une prime de 17 millions de FCfa. Les Lionnes de Volleyball espèrent à nouveau un meilleur traitement, mais surtout une réception au Palais de l’Unité par le Chef de l’Etat, qui ne leur a pas encore rendu cet honneur, malgré l’enchaînement des titres continentaux.

De Dasse Bony (stagiaire)

#Canette #volleyball #féminin #les #championnes #africaines #des #lionnes #souffrance

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: