Stades vides : les pannes de courant pour une fête populaire de la Can Cameroun 2021

0

Au vu de l’ampleur du délaissement des stades par le public, la part de responsabilité de l’Etat dans cet état de fait peut être remise en cause.if(typeof __ez_fad_position!=’undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

Le gouvernement camerounais lui-même n’aurait-il pas créé ou entretenu un climat visant à saper une mobilisation générale autour de la Can au point que son communiqué de presse sur un afflux de foules dans les stades risque davantage de défrayer la chronique ? Dans cette variante, les faits sont têtus et sans réplique. La première attaque contre l’union sacrée des Camerounais qui est venue du champ politico-juridique. Un peu comme creuser les clivages entre Camerounais, c’est pratiquement le 27 décembre 2021 que la justice, à quelques jours de l’ouverture de la Can, a choisi de condamner les militants du MRC à de lourdes peines de prison. . Les chaleureux partisans d’une compétition réussie pleuraient pour rien à voir avec cela. Tout s’est passé exactement comme si une intelligence malsaine derrière les rideaux tentait de diviser les Camerounais à un moment où tout le monde cherchait un souffle unificateur. Cette décision de justice est-elle si divisée? On ne peut pas le dire avec certitude.

Les stades abandonnés ouvrent pourtant toutes les portes à des interprétations, certaines aussi farfelues que d’autres, alimentées justement par les failles politiques qui résultaient de ces convictions. Rien n’empêchait si ces cadres du Mrc étaient irrémédiablement condamnés à le faire, par exemple, après la Can. La deuxième attaque impliquait de prendre des décisions qui semblaient piéger les Camerounais
cordes ou juste jouer avec leurs nerfs. L’épisode des célèbres influenceurs envoyés de Paris par la présidence de la république a encore plus creusé le fossé entre les Camerounais et les dirigeants. On connaît toute l’indignation suscitée par leur présence à l’hôtel Mont Febe sur internet. Tout s’est passé là-bas; et, à tout le moins, la modestie dans ce domaine oblige à la retenue. L’autre coup porté à l’afflux des Camerounais dans les stades est l’obligation de vaccination. On le sait, les concitoyens de Paul Biya sont foncièrement allergiques à cette demande de blocage de la propagation du Covid-19. Même avec le message présidentiel à la nation appelant à une vaccination de masse, la mayonnaise ne semble pas encore reprendre. L’autre goulot d’étranglement pour l’afflux des Camerounais dans les stades est le coût élevé des billets d’entrée. On se demande si le Camerounais ordinaire est capable de débourser 4000 FCFA sans aucune difficulté, pour se rendre au stade, sans compter les frais de transport et toutes les commodités qui vont avec.

Masses noires enceintes

Enfin, il faut rappeler toutes les catastrophes qui ont balayé le pays dans l’organisation de cette fête continentale du football africain. La terre de Paul Biya s’y est rendue à hue and dia. Il y a eu des tergiversations sans fin sur la capacité réelle ou imaginaire du Cameroun à accueillir une compétition à 24 équipes. Par ailleurs, les soupçons de détournement du dernier public dans la construction d’infrastructures se sont déversés sur la place publique, ont longtemps nourri et animé l’opinion publique face à un pouvoir muré dans un silence inquiétant et choquant. Depuis 2019, après la fameuse glissade, le gouvernement et l’opinion publique nationale évoluent dans un climat de toute méfiance, les partis se regardant comme des chiens potiers. Allons pour mémoire pour rappeler que jusqu’à la veille de l’organisation de cette Can, des sources concordantes rapportaient que d’importantes messes noires sur les rives du Nil allaient une nouvelle fois arracher la Can du Cameroun, comme pour dire que même l’extérieur , une vague intelligence s’est efforcée de ternir cette compétition tenue contre vents et marées. Il ne reste plus que la victoire finale des Lions Indomptables le 6 février 2022 pour refermer partiellement ces fissures béantes et aussi une action musclée du Président de la République pour rétablir l’ordre.

Léopold DASSI NDJIDJOU / 237online.com

#Stades #vides #les #pannes #courant #pour #une #fête #populaire #Cameroun

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire