Crise sécuritaire : Maurice Kamto accuse les Camerounais

0

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a réagi aux derniers attentats de Noso et de l’Extrême-Nord. Il pointe l’indifférence du peuple et la gouvernance du régime.

Lors de sa dernière comparution, Maurice Kamto se souvient avoir été insulté, les dernières attaques enregistrées par le Cameroun en moins d’un mois. « Mercredi 6 janvier 2021, le convoi du préfet de Momo, de retour de l’installation du sous-préfet d’Andek, est attaqué. Bilan officiel : 4 éléments des forces de défense et de sécurité sont tués, ainsi que l’adjoint départemental à la communication du même département. Vendredi 8 janvier 2021, une attaque de Boko Haram dans le village de l’Extrême-Nord de Mozogo a fait 14 morts. Samedi 9 janvier 2021, une attaque à Matazena dans la région du Nord-Ouest a fait 5 morts, dont 2 gendarmes, 1 policier, 2 civils. Dimanche 10 janvier 2021, massacre de Mautu près de Muyuka dans le sud-ouest. Pour ce dernier cas, des sources confirmatoires font état de 10 décès, dont des femmes et des enfants », a-t-il déclaré.

Selon l’homme politique, la détérioration de la situation a deux causes : le régime et le peuple. Ainsi, selon lui, « Si les massacres perpétrés dans la région de l’extrême nord du pays sont l’œuvre de barbares éclairés, aveuglés par des croyances obscurantistes qui exploitent et manipulent la détresse de populations tourmentées par la misère, la poursuite du meurtre dans le Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont le résultat de notre indifférence et de notre incapacité à l’indignation collective, l’arrogance et le mépris du pouvoir qui existe, le désespoir et les abus meurtriers des groupes armés de toutes sortes ».

Cette référence à l’indifférence de la population s’accompagne d’une série d’interrogations sur la lenteur de la population et du régime. « Combien faudra-t-il encore de morts avant de prendre conscience de l’ampleur de la catastrophe que nous permettons dans ce pays qui nous est cher ? Quel peut être le gain de tous ces sacrifices humains ? Pensons un instant à ce que doivent endurer nos compatriotes qui vivent comme réfugiés dans leur propre pays après avoir tout perdu ? « 

soutien populaire

Alors que le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun pointe d’un doigt accusateur l’absence d’indignation collective, on rappelle qu’il a demandé à plusieurs reprises au peuple camerounais de se rallier à sa cause ces dernières années.

Par exemple, le 24 août 2020, il a demandé aux Camerounais de se mobiliser contre Paul Biya : « Le devoir patriotique nous appelle. Personne ne devrait manquer cet appel. Nous devons faire preuve de détermination et de courage. Tout comme nous devons être disciplinés ; de responsabilité et de solidarité dans cette phase ultime du combat pour la démocratie, le respect de la dignité humaine et le progrès partagé… Camerounais de l’intérieur et de la diaspora, préparez-vous ! Il ne faut plus accepter qu’on se moque des autres Africains ! Quand l’heure est venue, elle est venue ! Je ne te trahirai pas ! « 

Un appel à la mobilisation qui ne se dément pas depuis les élections d’octobre 2018. En pratique, cependant, les réponses à ces appels semblent timides. Pour preuve, l’engagement observé lors des « marches pacifiques ». Un fait qui irrite clairement l’homme politique, compte tenu de la montée de la crise sécuritaire.

#Crise #sécuritaire #Maurice #Kamto #accuse #les #Camerounais

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire