Justice : Adèle Mballa Atanga de la CRTV en route pour Kondengui

0

• Les chercheurs de la CONAC soutiennent le journaliste

 

• Adèle Mballa Atanga est impliquée dans plusieurs choses incroyables

• Le procureur de la République a demandé son arrestation

L’étau tire sur la présentatrice de la CRTV, Adèle Mballa Atanga. Le président de la Commission nationale anti-corruption (CONAC) vient de convoquer le journaliste à une importante réunion avec ses services d’enquête le 15 novembre. La note est adressée au directeur général de la CRTV afin qu’il mette son employé à la disposition des enquêteurs.
« J’ai l’honneur de bien vouloir inviter votre collaboratrice, Mme Adèle Mballa Atanga, à prendre le poste de la Direction des enquêtes de la Conac le lundi 15 novembre 2021 à 10 heures précises pour une séance de travail au cours de laquelle l’objet sera immédiatement communiqué. à lui », indique la lettre.

Accusé de détournement de fonds publics, le journaliste est également au cœur d’un autre scandale. Le journal Kalara avait annoncé le 5 octobre 2021 qu’elle était également inculpée de faux en écriture privée.

La version de Kalara

Accusé de contrefaçon d’écrits privés et de commerce, de destruction et d’atteinte à des propriétés foncières au détriment de la microfinance, le célèbre journaliste de la CRTV n’a pas comparu aux audiences depuis le début de cette procédure. Le représentant du parquet a appelé à sa culpabilité contre la personne qui est poursuivie pour des actes commis en tant que dirigeant d’entreprise.

Adèle Mbala épse Etoua, animatrice vedette de 20h30 à la radiotélévision camerounaise (CRTV), plus connue sous le nom de Mbala Atangana, n’a pas comparu devant le tribunal de première instance (TPI) du centre administratif de Yaoundé le 30 septembre 2021. attendu dans le cadre d’une affaire qui la concerne. Il s’agit d’un faux et commerce, destruction et contrefaçon de propriété foncière initié pour cette juridiction par le Crédit Mutuel d’Investissement du Cameroun (Cremin-Cam), une institution de microfinance basée à Yaoundé. Cette affaire avait déjà été discutée lors d’audiences précédentes et le représentant du procureur de l’époque avait demandé la libération du suspect faute de preuves. L’avocat de l’institution de microfinance a alors demandé la réouverture de la procédure afin, notamment, de soumettre au tribunal des pièces complémentaires pour étayer l’allégation.

Mieux que ces nouveaux documents, la banque a fait en sorte que le tribunal se rende sur le terrain pour vérifier de première main les charges retenues contre Mme Mballa Atangana. Il s’agit d’une mesure d’instruction qui a sans aucun doute détruit l’idée que se faisait le procureur des faits à l’origine de la procédure judiciaire. En effet, le 30 septembre 2021, l’audience n’a duré qu’une poignée de minutes, le temps pour le parquet de réclamer cette fois la culpabilité du journaliste. L’issue de cette affaire est prévue pour le 21 octobre 2021.

Tout a commencé par une plainte du directeur général de Cremin-Cam adressée au commandant de compagnie de la gendarmerie Yaoundé II le 31 janvier 2019. Agissant au nom et pour le compte de ce système bancaire, il accuse Mme Mbala Adèle, promoteur des Ets Graceland Sarl. au sujet de l’abus de confiance. Cette autorité avait ordonné l’ouverture d’une enquête et le dossier a été remis au procureur de la République territorialement compétent qui, après examen des pièces qui lui ont été soumises, a décidé d’engager l’action publique. Les actes d’abus de confiance ont ainsi été requalifiés en actes de faux sous seing privé et de commerce, destruction et atteinte à la propriété foncière.

Transfert irrévocable

Adèle Mbala épse Etoua, l’entrepreneur de la lettre de marché du 21 mars 2016 pour la construction de six forages équipés de pompes à main à certains endroits de la région Centre, a demandé à Cremin-Cam un financement de plus de 25 millions de francs. Ce prêt lui a été accordé pour un montant de 22,5 millions de francs le 20 avril 2016, sur présentation en garantie de remboursement d’une attestation de transfert irrévocable signée par le comptable du ministère de l’Eau et de l’Énergie (MINEE). Ce document confirmait qu’un versement de 41,8 millions de francs en faveur des Ets Graceland Sarl devait être irrévocablement viré par virement sur un compte bancaire ouvert dans les livres de Cremin-Cam.

La convocation (réclamation) dont votre journal a reçu copie, précise que plusieurs rappels ont été adressés à Madame Adèle Mbala en 2017 en rappel du remboursement de sa dette. Et il a toujours rassuré la banque qu’elle attendait un paiement imminent. « Suivre nos pas avec le comptable [du MINEE], on s’étonne d’apprendre que Mme Mbala Adèle avait déposé dans son dossier une attestation d’identité bancaire de l’Union Bank of Cameroon, un compte dont le virement se fera in fine au détriment de Cremin-Cam », peut-on lire.

Le défendeur paiera ces sommes progressivement sans effectuer les paiements comme il l’avait promis au moment de contracter la dette. Cremin-Cam déclare avoir subi d’énormes dommages de ce fait et estime le préjudice à 39,98 millions de francs. Rappelons que début 2021, Mme Adèle Mbala était déjà au centre d’une polémique sur une procédure judiciaire la concernant devant le Tribunal pénal spécial (TCS). Un ancien maire de la ville de Makak a déclaré qu’il l’avait poursuivi avec succès pour cette juridiction, l’accusant d’avoir volé l’État par le biais de contrats gouvernementaux non exécutés mais payés. Si les procédures judiciaires devant le TCS n’ont donné aucune nouvelle depuis, il n’en a pas été de même du TPI du centre administratif de Yaoundé, qui rend son verdict avant le 21 octobre.

#Justice #Adèle #Mballa #Atanga #CRTV #route #pour #Kondengui

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: