Sanctions des forces de défense d’Ambazonie : leur chef répond au PDG de Facebook, Zuckerberg

0

• ADF Ambazonians a répondu aux sanctions de Facebook

• L’un des dirigeants a parlé directement avec Mark Zuckerberg

• Il indique que le groupe trouvera d’autres moyens aux combats qui se déroulent à NOSO. mettre en lumière

« Ambazonia Defence Forces (ADF) », nombreux sont ceux qui apprennent l’existence de ce groupe séparatiste qualifié de très virulent sur les réseaux sociaux. Dirigée par le leader ambazonien Cho Lucas Ayaba, elle vient d’être mise sur liste noire de Facebook.

C’est le site en ligne The Intercept qui a publié la liste des individus et organisations dangereux sanctionnés par Facebook. « Les informations contenues dans la liste, y compris les activités, les désignations et les affiliations présumées des individus et des groupes mentionnés, proviennent de Facebook, pas de The Intercept », a noté la plate-forme, qui répertorie le nom du groupe séparatiste comme Ambazonia à la page 63 sur 100 .voyez. Forces de défense, dans la catégorie des acteurs violents non étatiques.

De plus, la plateforme signale que les comptes Facebook de toutes les personnes et structures apparaissant sur la liste Facebook seront supprimés. Cette grève du PDG de Facebook Mark Zuckerberg contre les Ambazoniens était radicale et insultante.

La nouvelle n’a pas été bien reçue par les ADF. Capo Daniel, chef de la défense adjoint de l’ADF, a répondu sèchement à Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social.

« Facebook n’est pas un État pour étiqueter l’ADF en tant que tel. Nous avons vu la liste de Facebook d’individus et d’organisations dangereux. Facebook n’est pas un État partie en soi. Facebook est une plate-forme de médias sociaux où les gens commercialisent leur cours et se rapportent aux individus et à leurs parents. Il est regrettable que Facebook ait systématiquement ciblé les ADF et nos hauts fonctionnaires. Récemment, les séquences vidéo et les photos que nous avons partagées du meurtre de bébé Caroline à Buea ont toutes été supprimées des pages Facebook exploitées par nos hauts fonctionnaires. Il existe d’autres pages Facebook qui ont partagé des images similaires et qui n’ont pas été sanctionnées », a déploré Capo Daniel.

Alors que les combats se déroulent en zone anglophone au Cameroun, le comité central de ce groupe est basé à Hong Kong et instruit leurs relais sur le terrain au Cameroun. Facebook, dans sa purge depuis un moment, supprime sans relâche les comptes liés à l’ADF et ceux de ses hauts fonctionnaires.

« Facebook a toujours ciblé les ADF et les hauts responsables pour étouffer nos voix en exposant et en exposant les atrocités commises par l’armée camerounaise sur notre territoire, dans le sud du Cameroun. L’armée camerounaise mène une guerre génocidaire sur notre territoire et Facebook permet au gouvernement camerounais de retirer ces activités horribles à la communauté internationale sur la plate-forme hits. L’ADF reste une institution crédible de libération pour le peuple du sud du Cameroun britannique et est hautement respecté par de nombreuses organisations internationales – l’ADF reste à l’avant-garde de la quête de notre peuple pour une patrie libre », crie Capo Daniel, déplorant « qu’il n’y a pas de cadre juridique pour faire appel de cette étiquette Facebook ».

Il a insisté pour qu’il utilise d’autres moyens pour mettre en lumière les événements dans les régions anglophones, tout en précisant que le groupe ADF a toujours respecté les Conventions de Genève.

« Il n’y a pratiquement aucun mécanisme pour demander un contrôle judiciaire contre une décision de Facebook, nous continuerons à utiliser un autre canal pour exposer les activités du Cameroun sur notre territoire. En tant qu’organisation, ADF a un code de conduite solide qui adhère à la convention internationale ou à la guerre et la Convention de Genève. Nos forces sur le terrain ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre les excès et le chaos de la guerre avec le lancement d’une unité anti-enlèvements et la mise en place d’une autorité de transition dans les zones que nous contrôlons à la responsabilité des activités de nos Les FD resteront un front de libération, notre parcours est légitime et notre intégrité territoriale est fondée sur le droit international », a-t-il précisé.

Il souligne également que ce n’est pas la première fois qu’un mouvement de libération est tagué dans le monde, donc si ADF est visé aujourd’hui, ce ne sera pas forcément la dernière.

« Je voudrais attirer l’attention de l’AIIC sur le fait que même en Afrique du Sud, le président Carter et le président Reagan des États-Unis d’Amérique ont pris en considération l’ANC de Nelson Mandela et l’ont mis sur leur liste de surveillance du terrorisme à 2008… craignez que une plate-forme de médias sociaux nous étiquettera comme tel, nous sommes plus préoccupés par la libération de notre peuple et la défense de notre peuple contre les actes d’agression de l’État par le gouvernement camerounais. Tout comme l’ANC et Nelson Mandela, l’ADF et nos responsables gagner, et la victoire sera la nôtre », a-t-il déclaré. ça attend !

#Sanctions #des #forces #défense #dAmbazonie #leur #chef #répond #PDG #Facebook #Zuckerberg

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: