CM – Baie de Saint-Brieuc : la justice ouvre des enquêtes contre les éoliennes

0

Selon les informations de Mediapart, le parquet national a ouvert une enquête contre le chef du recel d’atteinte à l’égalité des candidats sur les marchés dans le cadre de l’attribution du parc éolien de la baie de Saint-Brieuc à le groupe. Cette décision, selon les médias, fait suite à une plainte pénale du Comité des pêches des Côtes-d’Armor.

Ce projet a rencontré une forte hostilité de la part des pêcheurs particulièrement préoccupés par son impact sur le milieu marin et leurs activités. « Dès qu’il y a un risque pénal grave sur l’exploitant, les cartes peuvent être rebattues », ont répondu à l’Agence France-Presse Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth, avocats du Comité Côtes-d’Pêche. « Un dialogue efficace avec des pêcheurs responsables et légitimes dans leurs revendications est toujours possible et souhaitable », ont-ils ajouté.

Dans un communiqué, les deux avocats ont rappelé dans leur rapport qu’en avril 2012 la société Ailes Marines avait été sélectionnée par les ministres de l’Écologie et de l’Industrie pour construire ce parc, tandis que la société concurrente « Éolien maritime France » a été désignée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

LIRE AUSSI Parc éolien de la baie de Saint-Brieuc : Est-ce que le projet avoir du plomb dans les pales du rotor? Or, cette élection a désormais été qualifiée par le Conseil d’Etat d' »irrégulière », « dans deux décisions de juillet 2019 […] car l’exécutif avait pris en compte des conditions qui n’étaient pas inscrites dans le cahier des charges Préférer Ailes Marines aux concurrents société », ont observé les Avocats. Par ailleurs, fin août, les pêcheurs ont déposé plainte auprès du parquet de Brest contre « l’ensemble du projet », notamment pour « rejet d’un polluant » et « atteinte à la protection des espèces non domestiquées ».

A LIRE AUSSI Parc éolien de la baie de Saint-Brieuc : Le projet a-t-il du plomb dans les pales ?

Le 24 septembre, Mes Bourdon et Brengarth ont également annoncé avoir déposé deux recours devant le tribunal administratif de Rennes pour suspendre et puis abandonner un décret autorisant les travaux sur le parc éolien. Le recours à la surpuissance et la suspension sommaire « demandent chacun la suspension puis l’abrogation de l’arrêté du Préfet de Mer de l’Atlantique qui autorise le navire Aeolus à se rendre sur le site du parc éolien marin dans la baie de Saint-Brieuc. ont-ils expliqué.

Le navire de forage Aeolus exploité par la société néerlandaise Van Oord a été responsable de deux fuites de fluide hydraulique les 14 juin et 28 juillet. Les liquides sont « facilement biodégradables » avec « peu d’impact environnemental », selon Ailes Marines. Mais pour la défense de la commission départementale des pêches, « l’urgence, condition nécessaire à une suspension sommaire, est d’autant plus caractérisée que la saison de pêche de la coquille Saint-Jacques débute lundi 4 octobre ». L’audience de la suspension sommaire a été fixée au 7 octobre.

Le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc doit être construit à 16,3 km des côtes. D’une puissance totale de 496 MW, avec 62 éoliennes, selon Ailes Marines, filiale du groupe espagnol Iberdrola, elle devrait produire 1 820 GWh par an, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle de 835 000 habitants. La mise en service est prévue fin 2023, mais le repérage est retardé en raison d’incidents techniques et de difficultés liées aux conditions du sol.

Intelligence artificielle, crédit social, avenir du travail : prenez du recul chaque mois et découvrez les des sujets qui façonneront demain

De plus, ces chiffres sont faux car ils supposent un rendement compris entre 40 et 50 %, ce qui est utopique, car quand il n’y a pas de vent ou trop de vent il n’y a pas de production et il faut aussi de l’électricité !

Que nos Verts français, connus pour leurs idéologies dogmatiques, restent aveugles au côté terrible et inefficace de ces moulins à vent !

… Et c’est vrai aussi que les Espagnols avec 8 MVA par éolienne ne sont presque plus impliqués, par rapport à la concurrence, qui est désormais placée avec 14 MVA, également à basse vitesse, sans multiplicateurs de vitesse pour atteindre la vitesse de synchronisme, sous les pôles du générateur…
Il n’y a pas de photo, 14 x 62 c’est 868 MVA…

Lire les articles de la rubrique Environnement,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Keywords:

Wind turbine,National Financial Prosecutor’s Office,Iberdrola,Wind turbine, National Financial Prosecutor’s Office, Iberdrola,,Environnement,Energie,Monde,Eco / Conso,,,Côtes d’Armor,Enquêtes – Investigation,Éoliennes,,Energie,Eco / Conso,,,,Marchés publics-Enquête-Marchés-Eolien-Police et justice-Parquet national financier,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: