L’ART veut mettre en place une régulation qui s’étend au secteur financier, audiovisuel et des TIC

0

(Investir au Cameroun) – L’Agence de régulation (ART) veut élargir ses compétences en dehors de son champ traditionnel des télécommunications, selon une information de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR). «L’ART entend mettre en place un nouveau modèle de régulation qui vise la rénovation de l’ensemble des outils de régulation du domaine des communications électroniques, ce qui permettra de préciser les modalités de mise en œuvre effective des mécanulations ave c les sectulationismes de rég d’activités connexes (secteur financier/bancaire, secteur de l’audiovisuel, secteur des TIC, etc.)», indique la CTR dans son rapport 2020, publié il y a quelques semaines.

Dans le cas d’espèce, explique-t-on à l’ART, le champ d’action futur visé s’étendra dans le domaine financier ou bancaire, notamment pour ce qui concerne le Mobile Money et les transferts d’argent électroniques. «Ces deux domaines sont de nouveaux services qui ne sont pas pertinents à l’origine du champion des opérateurs de télécoms. Puisque ces opérateurs ont migré et évolué vers ces services financiers, l’ART doit suivre et s’adapter», source explicite. Elle ajoute que cette évolution du champ d’action du régulateur va aussi concerner les médias audiovisuels qui utilisent les fréquences et les ondes qui sont du ressort de l’ART.

En effet, le régulateur espère qu’il pourrait collecter plus les ressources à travers ces nouveaux services rendus par les opérateurs de télécoms et les médias qui échappent partiellement à son contrôle. Car, pour les domaines financiers et audiovisuels, les acteurs se réfèrent respectivement aux autorités monétaires et au ministère de la Communication alors que l’ART a une partition à jouer en tant que régulateur de tout ce qui est outil numérique.

Le régulateur camerounais des télécoms veut étendre son champ d’action dans un contexte du compte du Cameroun plus les 300 radios et près d’une centaine de télévisions, selon les chiffres du ministère de la Communication. Dans le secteur du Mobile Money, l’opérateur Orange, qui revendique 70% des parts de marché dans ce segment, comptabilise en 2021 des transactions cumulées mensuelles d’un montant de 800 milliards de FCFA, soit 9 600 milliards de FCFA par an. C’est près de deux fois le budget de l’État du Cameroun au cours de l’exercice 2021.

SA

.

#LART #veut #mettre #place #une #régulation #qui #sétend #secteur #financier #audiovisuel #des #TIC

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire