Cameroun – Exécution des décisions de justice : Plus de 400 milliards de FCFA à récupérer par l’Etat du Cameroun après décisions de justice depuis 2013

0

C’est l’information que vient de donner Emmanuel Ndjere, l’ancien président de la Cour pénale spéciale.

Ancien président de la Cour pénale spéciale (TCS) entre 2017 et 2020, Emmanuel Ndjéré, a récemment publié six volumes avec 96 verdicts dans un coffret intitulé « Collections arrêts de la chambre spécialisée de la Cour suprême». « Ces six parties reflètent ainsi les décisions de la chambre spécialisée de la Cour suprême, à la suite de la modification de la loi du 14 décembre 2011 instituant une juridiction pénale spéciale. Elle est en effet compétente pour connaître des recours contre les décisions du TCS., rapporte le quotidien Cameroun Tribune le 2 septembre 2021 dans les kiosques.

De tous ces verdicts, « Financièrement, le Trésor serait enrichie selon l’auteur de la belle somme de plus de 400 milliards de FCFA de dommages et intérêts, amendes et dépens. Au cas où les jugements rendus seraient effectivement exécutés. Certains d’entre eux remontent à 2013, soit environ huit ans maintenant. Mais l’Etat camerounais peine toujours à recouvrer ses créances.écrit le journal.

Parmi ces affaires qui rapporteraient de l’argent au Trésor, notre confrère cite, entre autres, les affaires « Titus Edzoa, Atangana Abega Michel Thierry, Njiemoun Isaac c. Procureur, Etat du Cameroun et Mapouna » ; « Procureur Général près la Cour d’Appel du Centre, FEICOM, Ondo Ndong Emmanuel et autres contre les mêmes parties » ; « Siyam Siwe Alphonse et 10 autres contre le procureur et le port autonome de Douala » ; « Procureur de la République, Yen Eyoum Lydienne Annette, épouse Loyse, ayants droit d’Engoulou Henri, Ngwem Honoré contre l’Etat du Cameroun (MINFI), Abah Abah Polycarpe, Baleng Maah Célestin ».

Dans ce recueil, Emmanuel Ndjere se pose certaines questions, parmi lesquelles : « La reprise de Cette ont déjà commencé et qui en est responsable ? Qui doit coordonner les actions associées ? Qui est chargé d’évaluer ces actions et d’informer les personnes qui semblent ignorer où se situent ces sommes allouées à l’Etat pour dommages, amendes et frais ?, peut-on lire dans les colonnes du journal.

Selon le journaliste, cette préoccupation est, « En dehors de la Cour pénale spéciale ou de la Chambre spécialisée de la Cour suprême, affecte généralement l’exécution des décisions de justice au Cameroun ».

Enfin, Emmanuel Ndjere rappelle que les acteurs impliqués dans l’exécution des décisions de justice sont : les magistrats, les huissiers de justice, les avocats, les autorités administratives, le personnel pénitentiaire, les officiers de police judiciaire. « La justice a fait son travail, il appartient donc aux autres acteurs de faire leur travail pour la récupération de ces fonds afin que les pouvoirs publics puissent mener à bien leurs missions d’intérêt général et de service public », allumé.

Wilfried SUPPRIMER

.

#Cameroun #Exécution #des #décisions #justice #milliards #FCFA #récupérer #par #lEtat #Cameroun #après #décisions #justice #depuis

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.